Politique éditoriale de « Mario, tout de go »

(Carnetiquette en date du 7 juillet 2005)

Préambule
L’école pour laquelle j’ai oeuvré de 1998 à 2005 privilégie l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et des communications (TIC) parce qu’elles représentent des outils efficaces pour mieux apprendre dans l’organisation de notre mode de vie d’aujourd’hui. Aussi, je suis responsable de ce que j’écris et de ce que je publie. Cette responsabilité fait en sorte que je doive respecter un certain nombre de règles concernant la publication WEB en générale et de celle qui consiste à rétropublier*. Ce document explique la façon dont je compte utiliser mon carnet Web; cette politique est en vigueur depuis juillet 2003. Je rappelle d’abord les visées de cet outil. Comme je l’expliquais dans ce billet (écrit du temps où j’étais directeur d’école « pratiquant »), c’est premièrement un instrument de mon portfolio professionnel qui m’organise, me ramasse et me permet une analyse réflexive! Il m’a été bien utile comme levier-précurseur d’un projet d’aménagement d’un cyberportfolio pour les jeunes du projet CARRIERE. Parfois, je l’utilise pour monter un dossier. Souvent, c’est un outil qui m’aide à conserver de bonnes références. Rarement, un projet d’écriture émerge. L’objectif ultime de cette pratique du cybercarnet est de développer une communauté de pratiques innovantes. Il m’a toujours semblé pertinent que j’apporte une contribution personnelle à l’heure où je proposais aux membres du personnel de l’Institut de former une communauté d’apprentissage.

*Par exemple, un auteur peut citer un billet et y revenir plus tard et trouver le texte modifié considérablement. Ce problème pourrait potentiellement endommager la crédibilité de l’auteur, particulièrement si de tels changements ne sont pas identifiés dans le cybercarnet.

Publication WEB et édition sur ce cybercarnet

  1. Dans ma démarche de publication, le lecteur remarquera que je m’adresse le billet que je poste. Dans le ton et le vocabulaire, je m’efforce « de me parler »; de cette façon, je m’assure de mettre toute les chances de mon côté pour atteindre les objectifs qui justifient l’existence de cet outil.
  2. En tout temps, je reste sincère avec moi-même dans mes contributions. En étant le plus vrai possible à l’intérieur des sujets que je traite, j’apprends à me connaître davantage. Être authentique commande également une écriture de bon goût même quand les propos à exprimer sont teintés de désapprobation ou de ressentiment.
  3. À chaque billet, je cite ma source et je lie quand la situation s’y prête. Cela relève du respect autant que de la collaboration; c’est aussi une façon de ne pas s’attribuer le mérite des découvertes des internautes sur la Toile!
  4. Je me dis que ce qui est intéressant pour moi à écrire le sera peut-être pour d’autres à le lire. Je ne sous-estime pas mes contributions, même celles qui peuvent me paraître de moindre importance.
  5. Je me fixe l’objectif d’être respectueux de la langue française et en particulier de l’orthographe bien que ce soit là, une des motivations à la base de ce cybercarnet : améliorer mes compétences en la matière…
  6. Je suis respectueux de certaines règles en matière de rétropublication. Je mets en oeuvre certaines pratiques dans ce qui pourrait être changé sans avertissement: orthographe, ponctuation, grammaire, correction à un hyperlien, et tout autre matériel qui ne touche pas à la substance du propos comme les « formats », la disposition, et la mise en page. Dans le même sens, pour une correction qui affecte la portée ou la signification d’un billet ou aurait comme conséquence une différence dans l’interprétation, une note accompagne la dite correction.

Processus pour des changements.
Si je cite de l’information incorrecte, si je dois « atténuer » mon propos, ou si j’écris quelque chose que je regrette, je corrigerai « cette erreur » (en utilisant cette méthode et en expliquant) ou je publierai un nouvel écrit avec le changement qui lie au billet original et/ou à une addition (voir ci-dessous) au billet qui contient l’information étant changée.
Ajouts
Des ajouts à une entrée après la période de la publication originale seront indiqués après la mention « mise à jour. »
Supression
Je ne supprimerai aucune entrée intentionnellement dans mon cybercarnet. Si cela devenait nécessaire, (par exemple pour des raisons légales, pédagogiques ou parce que, à posteriori, j’ai décidé que le contenu (ou le lien vers un site) était trop blessant, incorrect ou inconvenant pour que soit permis qu’il reste publié tel quel), la partie supprimée sera remplacée avec une note indiquant la nature générale de ce qui a été supprimée et la raison de la suppression. La date de telle suppression sera enregistrée avec le titre original du billet de façon à ce que l’on sache qu’un autre contenu a existé mais qu’il a été supprimé.
Commentaires
La section « commentaire » est le meilleur endroit pour réagir à un billet ou pour faire un ajout. Je suis le propriétaire des commentaires dans cet espace de publication. Les commentaires rédigés sont accueillis dans ce cybercarnet, et je me réserve le droit de les supprimer en totalité ou en partie, au besoin. L’auteur des commentaires aura toujours comme possibilité de présenter ses observations sur ses propres espaces de publication. À moins qu’il soit nécessaire de supprimer en totalité ou en partie un commentaire, je ne modifierai pas mes propres commentaires. Les changements ou les additions à mes propres commentaires suivront les mêmes règles que pour des entrées (voir note du début de 6). En général, je ne changerai pas mes commentaires, mais j’ajouterai plutôt un autre commentaire au fil de discussion.

Mise à jour du 24 janvier 2008 (inspirée de cette réflexion):
Aucun commentaire comportant de la diffamation ne sera accepté. Les arguments contenus dans un commentaire doivent porter sur les idées et les opinions des personnes et non sur les personnes elles-mêmes. Dans le cas où un commentaire est signé par une personne qui m’est inconnue, utilisant un pseudonyme ou un prête-nom, j’éviterai d’entreprendre la conversation, surtout si le commentaire s’éloigne des faits et s’approche des jugements de valeur comportant des préjugés. J’inviterai les visiteurs à faire de même. La personne qui poste un commentaire sur mon blogue sans le signer de son vrai nom s’expose à ce que j’efface son commentaire en le remplaçant par la mention suivante: «L’éditeur de ce blogue a effacé le commentaire parce qu’il contrevient à la politique éditoriale». Je laisserai le pseudonyme ou le prête-nom au bas du commentaire modifié.Fin de la mise à jour

J’ajoute (en ce 8 août 2008) un bémol concernant l’utilisation de pseudonyme lorsque le besoin d’un cadre anonyme est exprimé aussi clairement que dans ce contexte d’une politique éditorial affirmée ou, qu’à moyen ou long terme, une personne démontre qu’elle prend un soin aussi jaloux de la réputation de son pseudonyme que de sa vraie identité (rf, ce commentaire).

N.B. Je ne supprimerai pas ou je ne modifierai pas un commentaire simplement parce que je n’aime pas ce qu’il contient ou suis en désaccord avec les points qu’il apporte.

  • Je n’oublie pas que la majeure partie des internautes de la planète n’a pas accès à une connexion haut débit et que mes pages WEB doivent être légères et bien organisées pour plaire à chacun et s’afficher avec un délai de réponse raisonnable!
  • Je réponds aux courriels qui me sont adressés rapidement!
  • Je participe aux commentaires d’autres cybercarnets pour féliciter, partager, contribuer, apporter des précisions, etc. favoriser un échange en apportant un autre point de vue, en amenant plus loin une idée ou en proposant un angle différent au sujet traité; bien-sûr, je me dis qu’une réaction quelle qu’elle soit fait toujours un peu plaisir en plus d’enrichir mes propres réflexions et raisonnements !

(Mises à jour du 28 juillet reliées, en partie, à ce commentaire (lire une suite ici) et celle du 30 juillet, conséquente à une discussion avec Clément.)

  • Je m’efforce d’apporter une contribution, autant que le temps me le permet, aux projets collaboratifs qui peuvent amener une meilleure compréhension des apprentissages à faire et des tâches à réaliser sur les sujets couverts par ce cybercarnet.

Note aux lecteurs :
J’ai rédigé ce projet de politique le 20 juillet 2003. Cette rédaction a été fortement inspirée par les travaux de Jean-Luc Raymond, de Kairosnews, de Greg Ritter et de Dolorès Tam. Merci à eux et à Clément Laberge qui est à l’origine de « Mario, tout de go ».

Mise à jour du 11 avril 2007: Michel Leblanc traite de l’initiative de Tim O’Reilly qui a offert à la communauté son code de conduite, pour qu’elle en discute et l’améliore… Le Devoir en parle également et rapporte quelques réactions!

Tags:
7 Commentaires
  1. JLR 14 années Il y a

    Bravo pour ce travail toujours aussi impressionnant ! et utile… non seulement pour toi, l’Institut St-Joseph mais bien entendu, pour d’autres aussi.

  2. La carnetiquette

    Un bel exemple. En prime, mis en contexte d’apprentissage, une qualité certaine de plusieurs cybercarnets : le partage des connaissances. Chez Mario Asselin….

  3. Clément Laberge 14 années Il y a

    Sur la rétropublication: la voie discordante de Jay Cross:
    http://www.internettime.com/blog/archives/000565.html
    Pour référence ultérieure… au besoin!

  4. Remolino 14 années Il y a

    Récit d’introduction au cyberportfolio?

    Intéressante la politique éditoriale de Mario tout de go. Et il faudra bien l’adapter aux élèves en prévision de la prochaine année scolaire… Dans ce contexte, je crains un peu que certains éléments apparaissent assez abstraits à des jeunes de 10 à 1…

  5. Photo du profil de RobertGregoire
    RobertGregoire 14 années Il y a

    J’avais plutôt tendance à être d’accord avec Jay Cross à la lecture, plus tôt aujourd’hui, de sa prise de position sur la dépublication. (La référence suggérée par Clément-aux-références-de-Lynx, Hugh)
    Ceci dit, je loue tes intentions de qualité et d’intégrité Mario!

  6. Mario Asselin 14 années Il y a

    Le point de vue de Jay ne m’enchante pas beaucoup. J’aime mieux ce genre de procédé qui me paraît bien plus respectueux qu’une simple manoeuvre d’effacement ou une rétractation sur un autre billet. Je sais que M. Cross évoquait un autre contexte et qu’en pratique, il ne faut pas exagérer non plus; la rétropublication mal pratiquée n’a pas encore fait tant de ravages. Mais bon, dans une perspective éducative, j’aime mieux jouer sûr !

  7. L'oeil de Mouche 14 années Il y a

    L’éthique de publication d’un bloggeur.

    Globalement je suis d’accord (mais comment peut-on être contre ?) sauf le point 9.

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2017 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils