Chroniques du prof idéaliste, Jean-François Roberge

Note : Ce billet a d’abord été publié au Journal de Québec et au Journal de Montréal dans la section du blogue des «spin doctors».

Le lancement aujourd’hui du troisième livre de Jean-François Roberge est l’occasion pour le député de Chambly de laisser parler l’étudiant qu’il a été et l’enseignant qu’il est encore. « Et si on réinventait l’école ? » est un ouvrage incontournable pour tous ceux qui aspirent à changer l’éducation par là où elle se vit… à l’école.

Je connais Jean-François depuis la fondation de la Coalition avenir Québec et j’ai retrouvé dans son livre le même éducateur passionné, attentif et visionnaire qu’il a toujours été à mes yeux. Ses fonctions de député à l’Assemblée nationale n’ont pas altéré sa parole franche, sa capacité à nommer les choses telles quelles sont et son sens de la répartie.

Il y a bien peu de députés qui prennent la plume. Il faut avant tout saluer sa démarche et féliciter son audace.

Jean-François Roberge c’est le contraire de la langue de bois. Ses propos sont clairs, son message est direct et ses solutions sont documentés.

Le grand mérite de son livre qui se décline en vingt courts chapitres est de constituer un vibrant appel à valoriser l’éducation plus que tout autre domaine. Sa capacité à incarner une vision pour l’école à l’aide d’exemples concrets et vécus n’a pas beaucoup d’équivalents en politique.

Dix sept ans en tant qu’enseignant à l’école primaire de Saint-Basile-le-Grand, ça fait beaucoup de vécu. Certains diront que le député ne fait que réviser le programme de la CAQ en éducation. J’affirme quant à moi que l’enseignant Roberge pose les problèmes criants auxquels il a eu à faire face. Le politicien éducateurs identifie avec aplomb les solutions proposées en les expliquant avec brio.

Dès le premier chapitre où il décrit avec passion l’influence extraordinaire que son enseignant de français du premier secondaire (Léonce Simard) a eu sur lui, on comprend pourquoi il a décidé d’écrire ce manuscrit. On a tous en mémoire ce genre de prof, charismatique au possible, au contact de qui « tout le monde était tiré vers le haut ». Pour Jean-François Roberge, « le haut » c’est sa carrière d’enseignant engagé jusqu’en politique.

Bien entendu, je me suis senti rejoint au plus haut point par les propos du livre de Jean-François. Plusieurs passages témoignent de sa vision « d’un bon prof » dont je partage complètement les caractéristiques. L’une d’elles – « un bon enseignant doit savoir créer un lien avec chacun de ses élèves » – peu paraitre simpliste, mais il faut avoir exercé avec passion la profession d’enseignant pour comprendre jusqu’à quel point c’est d’une importance vitale. Deux autres me semblent toutes aussi fondamentales, la connaissance des programmes et la maîtrise des approches pédagogiques éprouvées.

Du magistral plaidoyer contre la médiocrité (à partir du modèle d’une enseignante rencontrée dans son parcours professionnel), jusqu’au rehaussement du rôle et du pouvoir des directeurs d’école et du conseil d’établissement, le député de Chambly en a contre l’école « simple succursale de la commission scolaire ».

Certains des thèmes abordés au fil de la lecture ne surprendront pas l’observateur attentif des politiques de la CAQ en éducation (mise sur pieds d’un Ordre professionnel pour les enseignantes et les enseignants, importance des activités parascolaires à la base de l’idée de l’école de 9 à 5, forte hausse de services professionnels pour les élèves en difficultés d’apprentissage, meilleure rémunération des enseignants en particulier des hausses de salaire pour l’entrée dans la profession, tout en leur assurant un minimum de stabilité dans une même école par des contrats de trois ans, etc.).

Mais aussi quelques idées nouvelles ou mieux développées telle ce projet de « céder un siège à la jeunesse » dans les conseils d’administration de chacune des sociétés d’État, histoire de créer « des ponts entre les générations » ! Si ça peut inspirer des sociétés privées, pourquoi pas…

Les lecteurs de Et si on réinventait l’école ? aimeront particulièrement le passage où Jean-François décrit son plaisir de découvrir par un cours obligatoire de poésie « un bel aliment exotique » à partir de son expérience personnelle de cégépien. Ils adoreront aussi le récit sur cet élève handicapé intégré en classe ordinaire devenu comptable agréé, maintenant associé d’une grande firme.

Programme de mobilité étudiante « voyageons chez-nous » pour stimuler les études en région, exemple d’activités inusités – « la Nuit juste pour lire » pour briser le moule qu’on tente d’imposer aux écoles, dénonciation des atteintes au droit à l’éducation et des tactiques d’intimidation qui sévissent parfois dans nos collèges ou sur nos campus, plaidoyer pour que cesse cette mauvaise manie de faire prendre congé aux élèves pour tout ou rien et valorisation du rôle des parents à l’école… des propositions originales bien contextualisées et rafraichissantes.

Et aussi cette mesure de la maternelle à 4 ans pour tous pour partir du bon pied dans la vie !

J’ai particulièrement savouré les passages où il est question de « mettre fin au tabou de l’argent » et de rappeler l’importance d’une bonne maîtrise de la langue pour tous les Québécois, « peu importe l’endroit où ils sont nés ».

On pourra reprocher à Jean-François Roberge d’avoir écrit un livre idéaliste, mais la cause est noble: « notre survivance comme peuple dépend de notre capacité à réinventer l’école et à valoriser l’éducation ».

Il fallait que ce livre soit écrit.

On aime écouter le député de Chambly lorsqu’il pose ses questions à l’Assemblée nationale, mais en quelques minutes, elles ne peuvent servir de programme politique.

On aimera alors lire les vingt petites histoires de Jean-François Roberge pour mieux comprendre pourquoi il faut continuer de rêver avec lui à une école réinventée qui « oriente, accompagne et diplôme » !

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2017 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils