Les « pédagogistes »?

Lu dans ce commentaire «fleuve» de Michel Delord sur le blogue d’Emmanuel Davidenkoff (sous la rubrique «B – Méthodes et programmes») :

«Les « pédagogistes » – le terme est au moins mal choisi car il signifierait que leurs opposants n’ont comme pédagogie que de répéter formellement des règles…»

Voilà enfin qu’un intervenant dans ce foutu débat constate l’absurdité de l’utilisation de ce terme qui vise à justifier le retour «du règne» des nostalgiques en matière d’enseignement (s’il l’ont déjà perdu).
Les commentaires qui suivent celui de M. Delord sur ce billet (qui en contient déjà quatre-vingts au moment d’écrire ces lignes) sont le reflet de l’intensité des débats en éducation en France actuellement. Le billet posait essentiellement deux questions à mon avis :

  • Emmanuel se demandait quel est l’état actuel du débat sur l’école en France et ailleurs?
  • Et, plus précisément, si son blogue, un an après son lancement, répondait au projet d’origine qui était de faire vivre des espaces d’échange où le lecteur peut, publiquement et sans être censuré, critiquer et mettre en débat le travail du journaliste?

Le 3 janvier dernier, je me suis commis dans cette tentative de réponse aux deux questions que je percevais. La grande majorité des commentaires portent sur tout autre chose que sur ces questions même si je perçois qu’Emmanuel risque d’avoir certains éléments de réponse en lisant cette abondante documentation. Les sujets du jour sont : «la présence des « non professionnels » de l’éducation dans les échanges sur le blogue, le grave incident du Lycée Louis Blériot à Étampes et les événements entourant l’intervention du ministre de l’Éducation Français à la défense de sa décision d’imposer l’utilisation de la méthode syllabique de lecture dorénavant. Ces deux derniers événements sont prétexte à des échanges débridés entre partisans d’un retour à l’autoritarisme et d’autres plus portés vers la pédagogie. Au départ, plusieurs protagonistes ont simplement offert leurs meilleurs voeux au journaliste et aux internautes sans trop s’escrimer. Ça n’a pas duré…

«Se répéter formellement des règles…» Voilà que plusieurs auront besoin de relire celles qu’Emmanuel avait écrites au début de son aventure. D’ailleurs, les commentaires sur ce billet de «mise en garde» sont eux-mêmes assez corsés. Comme quoi le blogue de ce valeureux M. Davidenkoff est condamné à la polémique jusqu’à ce que mort s’ensuive…

Tags:
1 Commentaire
  1. Photo du profil de MichelDelord
    MichelDelord 13 années Il y a

    Merci Mario.
    Juste
    a) un lien : http://michel.delord.free.fr/lecture.html qui sera complété
    b) un truc publié sur fr.education.divers
    ———- Forwarded message ———-
    From: Michel Delord
    Date: 3 Jan 2006 02:14:20 -0800
    Subject: Re: 84-06
    To:
    Compléments
    a) Vous retrouverez le chapitre complet du livre de Duneton à
    http://michel.delord.free.fr/duneton-voix.pdf
    b) La question de « l’excès de pédagogie » avait déjà été traitée par Alain et je l’avais signalé sur le Forum de la SMF en juin 2003 :
    « Si les pédagogues ne sont pas détournés vers d’autres proies,il arrivera que les instituteurs sauront beaucoup de choses, et que les écoliers ne sauront plus rien du tout » ( 1932). Alain, Propos sur l’Éducation, XXXVI, PUF,1965, page 70. http://michel.delord.free.fr/re-jpd-0603.pdf
    c) Mais le processus décrit par Alain correspond au débit de la phase de dégénérescence formaliste, id est la mise en avant de la méthode contre le contenu, ce que l’on pourrait appeler la phase formaliste pédagogiste qui aboutit, du point de vue de l’élève , au fait qu’il sait moins de choses ( id est l’allègement des connaissances).
    d) Par contre, la phase actuelle ( il faudrait discuter précisément de sa périodisation, mais disons après 75/80 en France) n’est plus une phase d’allègement des connaissances cad une phase « pédagogiste », mais une phase d’enseignement positif de la déstructuration de la pensée. Et les termes d’allègement et de pédagogisme ne la décrivent pas car ils en masquent la nature ( en ce sens , tous les Khmers rouges qui veulent garder leurs postes en fac devraient l’utiser d’ici peu comme position de repli ).
    Le sommet est atteint lorsqu’on la qualifie de « pensée pédagogiste unique  » puisque, dans ce cas, on ajoute à l’affadissement de la critique la reprise d’une problématique qui a clairement pour origine, et s’en revendique, les laboratoires de pensée de la droite extrême et ce même si le Monde diplomatique reprend l’expression ( Cf
    http://michel.delord.free.fr/penseeunique.pdf )
    MD dératiseur

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2019 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils