Semer dans le désert ?

Je ne peux que republier ce commentaire de Pierre-Marie Bourdeau qui contribue régulièrement au carnet de correspondance d’Emmanuel Davidenkoff tellement il fait du sens dans le contexte de nos récents échanges ici.
« Voilà un texte que je ne sais pas où mettre. Je sais seulement qu’il faut le mettre. Ce matin, m’est arrivée la lettre circulaire d’un ami. Circulaire, car il l’envoie régulièrement au seul cercle de ses proches, ce n’est pas un blogue. Je me refuse donc à vous en donner copie : pas d’égarement.
Je peux seulement vous dire qu’il parle de la mort de sa mère, et que la qualité (habituelle) de sa plume est à la hauteur de son émotion.
Eh bien, GŠ fut mon élève. Un élève que je trouvais, pour des raisons qui tiennent je l’ai su après à son histoire d’alors, incolore, inodore et sans saveur. Rien sur le son de sa voix, que je n’ai jamais entendue, seul me revient son regard, fixe et triste.
Deux rappels :
– Si nous semons dans le désert, c’est surtout nous qui croyons que c’est un désert.
– Si nous ne regardons pas nos élèves, eux nous regardent. »
Pierre-Marie Bourdeau

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2018 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils