Escapade à Toronto: «Les blogues au masculin pluriel»

En décembre, je suis allé prononcer une conférence à Paris en anglais. Demain, je pars pour Toronto et j’aurai le privilège de présenter une allocution en français… Allez comprendre!
J’ai reçu cette invitation en décembre dernier justement. Dans le contexte où la littératie chez les garçons est une priorité provinciale en Ontario, la Direction des politiques et programmes d’éducation en langue française du ministère de l’Éducation m’a invité à ouvrir leur Colloque sur le sujet. Les organisateurs étaient à la recherche de stratégies innovatrices en matière d’utilisation des nouvelles technologies ayant des incidences sur le rendement des garçons. De préférence, ces stratégies devaient répondre au besoin d’interaction sociale des garçons. C’est ici que le défi devenait intéressant…
J’ai d’abord fait le tour des billets écrits ici jusqu’à maintenant sur la question de la réussite différenciée des filles et des garçons et de mes signets del.icio.us sur le sujet. Ensuite, j’ai essayé de nommer l’essentiel de ce qui caractérise mes expériences au contact des carnets Web dans l’univers masculin. Ça va donner «Les blogues au masculin pluriel». Une conférence que je prononcerai demain en soirée au centre-ville de Toronto.

«Cette conférence ne portera pas sur des résultats scientifiques, mais sur des observations quotidiennes d’un praticien qui a cherché à améliorer les résultats scolaires et les apprentissages des garçons. L’arrivée des nouvelles technologies a permis de nouveaux moyens d’échanger de l’information, de publier du contenu et de se retrouver au sein d’un même réseau animés de préoccupations communes, pouvant servir de puissantes façons nos divers appétits d’apprenants, ceux des garçons et ceux des filles. Au coeur des nouvelles pratiques en matière d’utilisation des nouvelles technologies, il y a donc les blogues, ces outils fréquentés par tous ces natifs de l’Internet que sont les jeunes d’aujourd’hui. En Europe, au Canada et aux États-Unis; au Québec et en Ontario, des expériences sont menées pour mieux faire apprendre au contact de ces outils à la fois menaçants à certains égards et innovateurs dans certains cas. Quelles sont les conditions qui favorisent le développement de la littératie chez les garçons grâce à l’utilisation de ces stratégies basées sur l’interaction sociale? Comment utiliser Internet et la communauté d’apprentissage pour mieux développer les compétences langagières des jeunes hommes dans nos écoles? Les participants au colloque des 20, 21 et 22 février 2007 pourraient obtenir une surprenante perspective d’avenir par le témoignage d’un éducateur qui a passé sa vie à aider les garçons à s’exprimer et à s’affirmer. Les nouvelles technologies ne font peut-être pas partie du problème, mais de la solution…»

Le gouvernement ontarien a mis beaucoup d’énergie afin de «promouvoir l’intégration de stratégies dans l’enseignement de la littératie dans tout le curriculum afin d’améliorer les compétences des élèves de la 7e à la 12e année (source). J’aurai l’occasion plus tard en soirée de participer à une web émission produite par le Secrétariat de la littératie et de la numératie. Voici les questions qui m’ont été soumises en prévision du tournage:

  • Comment avez-vous déterminé le succès de ces stratégies innovatrices qui ont une incidence sur la littératie chez les garçons?
  • Pouvez-vous présenter les grandes lignes de votre propre expérience et de votre expertise en matière de littératie chez les garçons?
  • Pouvez-vous nous parler des stratégies innovatrices axées sur la technologie qui d’après vous ont une incidence sur les garçons et plus particulièrement, la littératie chez les garçons?
  • Quelles sont les conditions qui favorisent le développement de la littératie chez les garçons grâce à l’utilisation de ces stratégies basées sur l’interaction sociale?
  • Comment utiliser Internet et la communauté d’apprentissage pour mieux développer les compétences langagières des jeunes hommes dans nos écoles?
  • Comment ces compétences langagières se manifestent-elles?
  • Pouvez-vous nous démontrer, d’après votre expérience, comment vous avez pu déterminer le succès de ces stratégies et leur incidence sur la réussite des garçons?
  • Sur quelles recherches vous êtes-vous basé?
  • Pourriez-vous aussi nous présenter des pratiques réussies qui ont contribué à l’amélioration du rendement des élèves ou à leur réussite et plus particulièrement la réussite des garçons?

Au terme de cette soirée, je publierai les diapositives utilisées et quelques notes; j’imagine facilement que je pourrai pointer vers le lieu de diffusion de la web émission dans quelques jours. Je me suis bien préparé grâce à mon propre cybercarnet, quelques échanges avec des spécialistes de la question, plusieurs lectures et plusieurs outils mis à la disposition du grand public par le ministère ontarien de l’Éducation dont ce rapport, ce site Web et ce guide pratique.
J’ai hâte de rencontrer tout ce beau monde préoccupé comme nous par les mêmes enjeux de réussite scolaire et de développement de compétences. Encore une fois, je suis renversé par tout ce que j’ai appris dans les dernières semaines en préparant cette conférence. Il me tarde de vivre ces moments de partage intense. On en reparle…

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2020 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils