L’utilisation de l’Internet à des fins éducatives

La division des sciences, de l’innovation et de l’information électronique de (Statistique Canada) faisait paraître en début de semaine une étude sur l’utilisation d’Internet à des fins éducatives qui a été reprise dans un certain nombre de médias (1, 2) et de blogues (1). Tout comme Patrick, j’ai été contacté par Tristan Péloquin pour offrir quelques réactions.
Voici ces réactions, dont certaines ont été publiées dans un article paru dans La Presse du mercredi 31 octobre en page A26. Je reproduis d’ailleurs l’article sous l’hyperlien plus bas puisqu’aucune version électronique n’est disponible…

  • «De 80% des étudiants nous sommes passés en 2007 à «à peu près tous les étudiants» en terme de ceux qui «ont utilisé Internet pour l’éducation, la formation ou le travail scolaire.»
  • L’article dit: «La forme la plus répandue d’utilisation à des fins éducatives était la recherche d’information pour des projets ou pour la résolution de problèmes.» Ça peut être intéressant de dire ici que les profs dans les écoles disent «maîtriser assez bien» le traitement de texte, l’utilisation du courrier électronique et la recherche sur Internet et que ce sont ces usages qu’ils perçoivent comme pouvant être utiles pour apprendre. Il y a un décalage avec la génération Internet qui pousse (les natifs du numérique ont 14 ans et moins) et qui apprend (hors scolaire) avec les logiciels sociaux (blogues, wikis et MySpaces/Facebook de ce monde), le traitement des images/son/vidéos, le «serious gaming» et quelques langages (html, Flash, etc). Eux, ils croient que le traitement de texte, le courriel et la recherche sur Internet, c’est «la pointe de l’iceberg»
  • L’étude n’en parle pas, mais je serais curieux de chiffrer le % de jeunes entre 10 et 16 ans qui utilisent Internet pour autre chose que la recherche de sites et la communication (chat, courriel, SMS, etc.). De mon observation, en 2007, on en est à la production de contenu sur les blogues, sur YouTube, sur Flickr et sur beaucoup d’application «Web 2.0», ce qui n’a pas été mesuré en 2005!
  • Les étudiants comprennent de moins en moins la logique de l’achat obligatoire de livres et de manuels scolaires alors qu’ils pourraient tout avoir sur le Net si leurs profs étaient un peu plus débrouillards… Ils ont vu ce qui s’est passé en musique et font pression pour que le milieu scolaire s’ajuste… Malheureusement pour eux, «les acheteurs» demeurent les C.S. ou les écoles.


Plus de 80% des étudiants utilisent internet pour l’école
Publié dans La Presse, section «Actualités», du mercredi 31 octobre 2007, en page A26
Auteur: Péloquin, Tristan
Plus de 80% des étudiants canadiens se servent régulièrement de l’internet à des fins d’éducation, de formation ou pour compléter leurs travaux scolaires, révèlent des données publiées hier par Statistique Canada. Une proportion qui devrait atteindre 100% avant longtemps, estiment les spécialistes de la question.
Parmi les usages faits par les étudiants, la recherche d’information pour des projets scolaires est de loin la plus répandue; 66% s’y sont adonné. Les Canadiens qui se servent de l’internet pour des fins éducatives sont par ailleurs généralement de plus gros utilisateurs de la Toile: 58% l’utilisent plus de cinq heures par semaine, contre 36% parmi le reste des utilisateurs.
Fait à noter: ces données sont basées sur une enquête menée en novembre 2005 par Statistique Canada. « En deux ans, les choses ont énormément changé », avance Mario Asselin, directeur d’Opposum, une entreprise spécialisée dans les technologies éducatives.
« La cohorte d’enfants qui est née en même temps que l’internet commercial, ceux pour qui la Toile a toujours existé, est aujourd’hui âgée de 14 ans. Pour quoi que ce soit, ces jeunes ont le réflexe d’aller voir sur l’internet et d’y trouver leurs réponses. Pour eux, les blogues, les logiciels sociaux comme Facebook et MySpace, les Wiki ou les sites de vidéo en ligne comme YouTube sont des plateformes d’apprentissage tout aussi valables les unes que les autres, note M. Asselin. Il y a un important décalage entre leur façon d’utiliser internet pour apprendre et celle utilisée par les plus vieilles générations, pour qui l’utilisation des nouvelles technologies se limite généralement à la recherche d’information, aux courriels et à l’utilisation du traitement de texte. »
Tôt ou tard, cette « fracture » générationnelle se fera sentir dans les milieux scolaires, et ceux-ci devront s’ajuster, estime M. Asselin.
Internet et le prof
Un constat que partage en partie François Pettigrew, spécialiste de la formation à distance à la Téluq/UQAM. « L’école est assez mal adaptée pour cette génération de l’internet. Tout l’aspect interactif qui découle de l’utilisation de la Toile est très mal exploité par les écoles, constate-t-il. Avec les sites collaboratifs, les jeunes ont l’habitude d’être des producteurs de contenu. C’est un concept qui n’a pas été adapté au milieu scolaire », affirme-t-il.
Pour André Caron, directeur du Centre de recherche interdisciplinaire sur les technologies émergentes de l’Université de Montréal, qui vient tout juste de conclure une étude sur l’utilisation par des jeunes de baladeurs numériques chargés de contenus audio éducatifs, le modèle classique d’éducation a tout de même de belles années devant lui.
« Les jeunes sont, quoi qu’on en dise, assez conservateurs. Ils érigent un mur assez clair entre la culture numérique mobile qui les caractérise et la culture éducative. Même s’ils se servent de plus en plus d’internet pour apprendre, ils veulent continuer à voir le prof régulièrement et se regroupent entre eux le samedi matin pour étudier la matière, affirme-t-il. On est encore loin de l’école purement virtuelle dont certains parlent ».

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2017 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils