En vrac, from Pennsylvania, U.S.

Quelques impressions liées à mon séjour à Philadelphie, à l’occasion de l’événement EduCon 2.1:

  • Je m’y attendais un peu, les médias ici n’en ont que pour leur Président. Ouvrir la télévision ou un magazine sans entendre parler de /voir Obama est impossible. Objects promotionnels, photos ou images exclusives, sa salle de bain dans le «Air Force One», extrait de son discours, etc. C’est la folie…
  • Je ne m’y attendais pas du tout, les participants à la rencontre n’ont rien à dire sur la venue du nouveau Président. Il faut absolument que je mette ce sujet dans la discussion si je veux avoir une opinion sur l’impact de son arrivée. Résultat: unanimité sur le fait qu’en éducation, rien de bien important risque de changer et s’il y a du changement, ça ne viendra pas de la Maison Blanche…
  • Hier, j’ai mentionné que les jeunes du Science Leadership Academy n’avaient pas de code vestimentaire particulier, mais ce n’est pas tout à fait vrai puisqu’un sarrau blanc à l’effigie de l’école est abondamment porté par les jeunes. Je croyais que cette veste n’était portée qu’au moment des laboratoires (nombreux), mais aujourd’hui, plusieurs jeunes portaient leur sarrau. Il semble que ce soit une fierté de le porter, sans que ce soit obligatoire. Compte tenu du nombre de fois où ils ont à faire quelque chose de potentiellement salissant, c’est brillant de favoriser le port du sarrau qui leur donne un air de jeunes chercheurs sans les fondre en un seul «look»!
  • Marcher dans Philadelphie semble assez sécuritaire quoique hier soir, un concert de sirènes est survenu sur le chemin de retour vers l’Hôtel. Une violente bagarre de rue a bien du mobiliser une vingtaine d’autopatrouilles. Pour le reste, les gens sont courtois, marchent moins vite et moins nonchalamment que dans les grandes villes Canadiennes ou Européennes et prennent le temps qu’il faut pour expliquer la voie à suivre pour se rendre à bon port.
  • J’ai finalement goûté au cheesesteak. «Gras» est le mot-clé…
  • Twitter est certainement une des applications les plus utilisés par les participants. On voit d’ailleurs beaucoup de bidules dans le genre Blackberry ou iPhone et moins de portables; quelques feuilles de papiers et des crayons sont aussi utilisés, bien entendu. En fonction de l’événement du même type qu’ici que souhaite mettre sur pieds Roberto Gauvin, je tiens à mentionner que ce sont les jeunes qui manipulent toutes les caméras qui permettent la transmission externe des activités. Aussi, ils sont la principale ressource technique quand quelqu’un a besoin de support et ils sont vites «sur le piton», en plus de bien faire les choses. Entre leur période de disponibilités à aider, ils assistent et participent aux sessions et ils posent des questions; je me suis fait accueillir par un super «bonjour Monsieur» dans ma dernière activité par un jeune arrivé de la Guinée voilà plusieurs années qui ne voulait pas manquer l’occasion de pratiquer son français…
Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2020 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils