Les cahiers du 27 juin

«Le projet des Cahiers tire son nom de la date où l’Assemblée nationale du Québec adopta, le 27 juin 1975, la Charte québécoise des droits et libertés de la personne. Nous croyons fermement que cette charte méconnue, dont les principes et les valeurs sont parfois ignorés, contient les germes de la société juste, égalitaire et démocratique à laquelle aspirent de nombreux Québécois. Plutôt que d’être un simple outil de promotion de la Charte, le projet des Cahiers du 27 juin, par le biais de la revue et d’entretiens, souhaite contribuer à la réalisation des principes et des valeurs véhiculés par la Charte québécoise des droits et libertés de la personne.»

Quand j’ai été contacté en novembre 2008 par Caroline Allard, (alias Mère indigne) dans le contexte de la rédaction d’un article sur l’anonymat et les blogues (dans la perspective de la liberté d’expression), je savais que je pouvais faire confiance autant à la blogueuse émérite qu’à la philosophe chevronnée. En début de semaine, je suis allé acheter en kiosque le vol. 4 no 2, de façon à lire en totalité l’article dont je n’avais eu accès qu’à la section portant sur le monde de l’éducation, «Anonymat et liberté d’expression dans la blogosphère». Je n’ai pas été déçu…

Dans les quatre pages consacrées au sujet, la directrice en communications politiques de la firme Exvisu examine autant «les avantages perçus de l’anonymat» que «certaines critiques importantes qui lui sont adressée». Plusieurs blogueurs sont cités dont Charles Bricman, le Prof Malgré Tout, Pascal Décaillet, Jean-Pierre Proulx (auteur de ce billet) et Pascal «Renart» Léveillé. Je reproduis ici (en attendant la version complète en ligne qui devrait venir) la section titrée «Le milieu professionnel»:

«Une autre catégorie de cas qui pose de manière aiguë la question du bien-fondée de l’anonymat en regard de la liberté d’expression est celle des blogues qui parlent de la vie et des problèmes rencontrés dans certains milieux professionnels : fonctionnaires, milieu de l’éducation, entreprises. C’est que, dans ces cas, le devoir de réserve est souvent perçu comme étant en opposition avec la liberté d’expression – d’où l’anonymat qui permettrait de contourner le premier pour mieux embrasser la seconde. Le cas du milieu de l’éducation est particulièrement éloquent à cet égard. Plusieurs blogues de professeurs ou d’intervenants dans le milieu de l’éducation sont rédigés de manière anonyme. D’abord, on pourrait avoir l’impression que l’anonymat est utilisé pour protéger la vie privée des enfants et collègues qui forment l’entourage du blogueur. « Mon anonymat, c’est celui des élèves», affirme d’ailleurs Prof Malgré Tout, un blogueur québécois qui relate sous ce pseudonyme les aléas de sa vie de professeur de musique ([sic], il enseigne le français) depuis août 2006. Mais une lecture de certains billets de blogues discutant de l’anonymat des professeurs montrent que ces derniers justifient souvent leur anonymat en invoquant le conservatisme du milieu de l’éducation. La critique y serait souvent mal perçue et pourrait se retourner contre l’auteur par le moyen de représailles formelles ou informelles, pour cause de manquement réel ou imaginé au devoir de réserve. Une question qui découle de cela est la justification de l’anonymat dans une société ouverte et fondée sur le droit. Pascal Décaillet, qui tient un carnet dans la Tribune de Genève, est catégorique à cet égard : « Rien, ou presque, dans la Suisse d’aujourd’hui, ne justifie l’usage de l’anonymat dans l’expression d’une opinion publique. Nous sommes dans un pays libre, démocratique (…). Il y aura toujours un hiérarque véreux, ou un ami qui vous veut du bien, pour vous rappeler le devoir de réserve. Cela est vrai, ne doit pas être nié, je puis comprendre que, dans ces cas-là, on aspire à protéger son identité. Et pourtant j’appelle les intéressés à, tout de même, au maximum, se dévoiler. Même si c’est dur. Même si c’est risqué. Et peut-être pour cela, justement. » Dans le monde québécois de l’éducation, Jean-Pierre Proulx, ancien président du Conseil supérieur de l’éducation, tient le même raisonnement : « Je ne comprends pas. Nous avons mis au cœur de nos valeurs, celle de la liberté d’expression et voilà que plusieurs carnetiers et commentateurs se réfugient (?) dans l’anonymat. » Quoiqu’il admette que ce n’est pas toujours chose facile, M. Proulx trouve toutefois davantage de côtés positifs à la discussion assortie d’une identité assumée : « Parler, discuter, contester, tout cela peut mieux se faire, me semble-t-il, à visière levée. Pour tout dire, je préfère la lumière et la clarté. J’y trouve ma vraie liberté. C’est vrai que c’est un peu idéaliste. Mais, je préfère cet idéal à son contraire. » Pour Mario Asselin, du blogue Mario tout de go, il n’y a rien d’idéaliste à choisir de bloguer en assumant totalement son identité. Ayant été, comme la plupart des blogueurs, confronté au dilemme entre bloguer anonymement ou non, M. Asselin s’est décidé pour la transparence : « Bloguer anonymement était une option, mais je n’aurais pas eu l’impression de bâtir grand’ chose. » Pour lui, la notion du devoir de réserve est mal définie et très mal comprise au Québec, notamment dans le monde de l’éducation : « On s’imagine qu’on ne peut pas avoir un point de vue divergent sans manquer à notre devoir de réserve. Or, il s’agit là d’un problème québécois de recherche du consensus à tout prix. Il ne faut pas mettre systématiquement en opposition la nécessaire prise de parole publique et le respect du devoir de réserve. » Dans un billet justement réservé à une discussion sur le devoir de réserve, M. Asselin questionne le bien-fondé de l’invocation du devoir de réserve à toutes les sauces : « Je commence à trouver que le développement de notre capacité à échanger des points de vue divergents est passablement amoché par cette invocation à tout instant du devoir de réserve. En éducation, les cas foisonnent de ces contextes où un individu ne peut s’exprimer autrement que dans la ligne de l’autorité hiérarchique. (…) On est en droit de se demander si la notion de devoir de réserve ne serait pas une façon moderne de perpétuer une forme d’autoritarisme nostalgique propre aux gens qui croient qu’à force d’enterrer l’opposition, les idées qu’elle véhicule vont s’effacer d’elles-mêmes. » Même sans avoir recours à l’anonymat, M. Asselin est d’avis qu’on peut parler d’une réalité et en critiquer certains aspects sans divulguer des détails qui contreviendraient au devoir de réserve ou à la vie privée des élèves et des collègues. Et lorsqu’on lui soumet l’argument de la peur des représailles, M. Asselin est sans équivoque : « Je voudrais avoir des représailles! C’est une occasion pour repousser les limites, pour apprendre le mieux-vivre ensemble. » Finalement, dans sa perspective d’éducateur, M. Asselin est d’avis que l’on ne doit pas seulement demander aux gens de faire ce qu’ils disent, mais d’être ce qu’ils disent, rendant ainsi le message indissociable de la personne qui le transmet.»

Je n’ai pas encore terminé la lecture des autres textes, mais je me régale de la qualité du contenu de cette revue que je recommande hautement. L’entrevue avec le cinéaste Hugo Latulippe, «Faire son travail le résultat d’une réflexion» vaut à elle seule le prix d’achat!

«L’absence d’espoir et le désintérêt du politique achèvent. Je crois qu’ils nous ennuient à la fin. Je prédis que les artistes vont jouer un rôle central dans les prochaines années. Je prédis qu’ils contribueront à un virage majeur. Comme ils l’ont fait au Québec à partir de 1949 et de Refus Global. Le feu couve. Dans l’histoire, l’art a toujours été au coeur des lueurs humanistes.»

Mise à jour du 30 mai 2010: Si ce sujet de l’anonymat sur Internet vous passionne, je suggère cette lecture du «Journal d’un avocat», dans le contexte d’une proposition de loi déposée par le sénateur Jean-Louis Masson en France qui voudrait faciliter l’identification des blogueurs sur La Toile: «Haut les masques».

Tags:
9 Commentaires
  1. Photo du profil de Fleette
    Fleette 12 années Il y a

    C’est drôle. Je parlais justement de cela sur mon blogue le 5 mai…
    Maintenant, je me demande:
    N’est-ce pas plus facile pour un blogueur connu et reconnu d’assumer son identité? Autrement dit, plus un blogue reçoit de visites et de commentaires et plus large sera la vitrine des -éventuelles- représailles; ce qui met un peu le blogueur à l’abri des conséquences.
    Personnellement, je trouve dommage que l’on soit « obligé » de choisir l’anonymat. Même si je ne donne ni mon nom ni mon prénom ni toute autre information personnelle, je pense assumer parfaitement mon identité (on voit d’ailleurs ma photo en première page de mon blogue). C’est important pour moi car je ne saurais promouvoir la collaboration et la coopération en éducation à visage caché. Pourtant, je comprends les blogueurs anonymes. Je me rappelle encore de l’émoi suscité par l’appel d’offre lancé en novembre dernier par le ministère français de l’éducation nationale pour une « veille de l’opinion » (pour « surveiller la blogosphère éducative »???) et des blâmes reçus par certains enseignants blogueurs? (on peut relire à ce sujet http://ticeblog.ycombe.net/post/2006/03/04/18-tenir-un-blog-en-etant-prof un peu vieux mais malheureusement toujours d’actualité). En tout cas, merci Mario. J’attends avec impatience la version complète en ligne.

  2. Photo du profil de SylvainB
    SylvainB 12 années Il y a

    Je me souviens d’au moins un cas de blogueur qui bloguait déjà de façon anonyme, qui a été identifié par des collègues (jalousie?) qui ont parlé à la direction de l’école qui a fini par mettre de la pression sur le pauvre bloguer qui a fermé son premier blogue anonyme… puis un 2e quelques mois plus tard. Triste histoire. Qui démontre la dureté du milieu, parfois 🙁
    Certains profs (plusieurs en fait, je pense bien) « roulent » tout juste limite en terme d’énergie investie versus l’énergie qu’ils ont effectivement… Devoir mettre de l’énergie de plus pour se défendre d’éventuelles représailles potentielles doit en rebuter plusieurs, à mon humble avis…

  3. Gilles Jobin 12 années Il y a

    Je ne visite que très très peu les blogues «anonymes». Non pas que je les trouve non crédibles. Il y a tant à lire ; alors je préfère lire les textes qui sont signés.
    Par ailleurs, le monde de l’éducation est très _très_ conservateur. Et il est vrai que les représailles, ça existe.
    Mon épouse en est un exemple où sur un petit billet où elle posait la question sur l’interdiction d’utiliser google dans sa cs, elle a eu droit à une belle lettre à son dossier, et une rencontre en « haut lieu ». Depuis elle a cessé toute activité web.
    Je connais aussi un enseignant qui a dû fermer son blogue sinon… adieu…
    Sur l’histoire Google (plus haut), j’ai moi-même été « rencontré ». Le DG de l’époque n’aimait pas beaucoup mon opinion et croyait que cela causait des problèmes « régionaux ».
    – Je n’aimerais pas, Gilles, que tu sois poursuivi…
    Je l’ai alors regardé dans les yeux et lui ai dit :
    – Si votre copain DG de l’autre CS n’est pas content, j’ai un espace commentaire sur mon blogue. Il peut s’y exprimer librement.
    – Oh, je sais que c’est un blogue personnel, et que tu as droit à tes opinions…
    – Exactement.
    Et j’ai quitté son bureau.
    Je pense que le devoir de réserve n’implique pas la soumission et qu’un employé, sans dénigrer son employeur, PEUT RÉFLÉCHIR tout haut. Cependant, il faut toujours être très prudent avant de pousser le bouton PUBLIER. Il faut se relire et s’assurer qu’il n’y a rien de vraiment malicieux envers son employeur.
    Mais il reste que certains patrons sont très frileux et ne font pas de différences entre un esprit critique et du dénigrement. Pour ceux-là, il n’y a pas grand’chose à faire : « On ne change pas les mentalités, le hommes meurent (ou partent à la retraite) » dit-on…

  4. Photo du profil de MichelMonette
    MichelMonette 12 années Il y a

    Bonne question à soulever dans une ville où il y a beaucoup de fonctionnaires 😉 Je préfère de loin qu’une personne tenant un blogue s’identifie mais je comprends aussi le désir de demeurer anonyme. Ce que je peux dire par contre – sur lacapitaleblogue.com il y a à la fois les non anonymes et les anonymes – c’est que le fait de bloguer ou non à visage découvert n’est pas lié à la qualité de l’argumentaire. Au bout du compte, c’est cela qui m’intéresse. D’ailleurs, ça me fait penser que d’excellents écrivains ont publié sous un nom de plume. Fiction pour fiction…

  5. Photo du profil de SylvainB
    SylvainB 12 années Il y a

    On vient de perdre un excellent blogueur fonctionnant sous « pseudo » 🙁
    http://carnets.opossum.ca/LeNeuf/archives/2009/05/le_neuf.html

  6. Photo du profil de Mario Asselin
    Mario Asselin 12 années Il y a

    @Fleette
    «N’est-ce pas plus facile pour un blogueur connu et reconnu d’assumer son identité?» Je serais porté à le croire, en effet. Je ne connais votre blogue depuis peu et, vraiment, il apporte une belle contribution à notre blogosphère. Bravo.
    @Sylvain
    Comme je l’explique dans ce billet écrit cette PM, je suis au courant des problèmes de représailles que vivent certains blogueurs. En ce sens, le départ de Le Neuf me laisse sans mot. Motif supplémentaire pour te lever mon chapeau, à toi et aux autres collègues qui bloguez sous votre véritable identité, sans rien enlever aux autres, qui bloguent… Ils bloguent, c’est déjà ça de pris.
    @Gilles
    L’épisode que tu cites est frais à ma mémoire 😉 Je pense mi aussi «que le devoir de réserve n’implique pas la soumission» et c’est ce que j’ai attendu de tous ceux qui ont travaillé avec moi jusqu’à maintenant. Les collaborateurs les moins «yes man» ont toujours été pour moi les plus précieux, même si nous avons [eu] des échanges parfois un peu musclés. Mai bon… qui suis-je pour parler ainsi? Paraît que maintenant, je suis du côté de ceux qui ne peuvent vraiment déplaire… et s’attirer des représailles.
    @Michel
    J’aurais dû moi aussi écrire que «je comprends le désir de demeurer anonyme», car certains ont le choix entre le silence et ce mode. Sur le court terme surtout, je comprends. Mais attention… À moyen et long terme, l’anonymat n’existe pas. Ce que tu écris sans pouvoir l’assumer à visière découverte, tu es mieux de ne pas l’écrire, souvent.

  7. Photo du profil de OlivierBruel
    OlivierBruel 12 années Il y a

    Beau sujet ! Pour ce que mon expérience vaut, je questionne beaucoup l’opposition entre liberté d’expression et anonymat – ce dernier devant plutôt se lire « pseudonymat ». Écrire sous un « nom de plume » m’apparaît comme un choix d’ordre… éditorial.
    Je m’explique. Dans notre société, les individus sont de plus en plus polyvalents et croisent constamment leur pratique professionnelle avec leurs autres passions. Un bloggeur a donc de bonnes raisons pour, par exemple, parler de son métier sous son nom, et s’amuser dans d’autres champs d’expertise sous des pseudos.
    Si on prend le cas de la très polyvalente Caroline Allard, on se souviendra que pendant longtemps, Mère Indigne était un « personnage » étanche et sans visage, tandis que la consultante écrivait sous son vrai nom. L’histoire a prouvé que les deux entités ont su être gérées publiquement par la suite, le devoir de réserve étant assez peu applicable dans ce cas.
    Bref, il y a aussi dans le pseudonymat une forme de liberté.

  8. […] l’époque, j’avais confié à Caroline Allard (article paru dans Les Cahiers du 27 juin) que la notion du devoir de réserve me paraissait être mal définie […]

  9. […] l’époque, j’avais confié à Caroline Allard (article paru dans Les Cahiers du 27 juin) que la notion du devoir de réserve me paraissait être mal définie […]

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2020 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils