L’Uruguay… le pays en tête de liste de l’initiative OLPC

olpc_uruguay_mini.jpg

«L’Uruguay est « le pays idéal pour tester l’efficacité de cette initiative, car il a une population âgée et ne compte que 300 000 élèves dans le primaire ». Les enfants en âge scolaire ne représentent que 10% de la population. Au Brésil, dit-il, « ils représentent un habitant sur trois, ce qui rend le projet beaucoup plus coûteux ». En Uruguay, le programme a accaparé moins de 5 % du budget de l’éducation nationale.»

(Juan Grompone, dans Le Monde)

Cet extrait d’un reportage d’un grand quotidien en France évoque le vertige que peut ressentir les dirigeants de l’initiative One Laptop Per Child. Si on compare avec les promesses du début, le déploiement est loin de ce qu’il devait être en cette fin de 2009.

Il faut tout de même continuer d’avoir à l’oeil ce projet extraordinaire qui vise, rappelons-le, à doter chaque enfant d’un ordinateur portable personnel pour sa formation…

«Il ne s’agit pas d’un gadget de luxe ou d’un jouet, mais d’un ordinateur spécialement conçu pour les besoins des enfants. Idéalement, son coût ne devrait pas dépasser 100$. Le projet OLPC est d’abord un projet pédagogique et éducatif: l’ordinateur XO est un outil destiné à répondre à la curiosité de l’enfant et développer sa capacité d’apprentissage aussi bien à l’école qu’en dehors de celle-ci.» (source)

afghan-crank_olpc_mini.jpg

Je continue d’être fasciné par les efforts de plusieurs pays à s’adapter aux changements technologiques afin de contribuer à résoudre la fracture numérique. Ayant gazouillé sur le sujet cette semaine, la personne qui tient le canal Twitter du Magazine L’actualité m’a conduit vers cet article de la revue The Economist, «Laptops for all» qui résume bien le défi que ça représente:

«Sceptics would rather the government concentrate on making teachers more accountable. But most admit the laptops are worth a try. They should prompt a shift away from rote learning and towards critical analysis, says Edith Moraes, the official in charge of primary schools. They extend Uruguay’s egalitarianism to computing. They should be seen merely as a means to the end of better schooling.»

Dans cet autre article, on parle «de révolution» et on n’a pas tort. « We have a lady who’s been teaching for 30 years and when they gave us the computers and the training, she asked for leave because she didn’t want to have anything to do with the programme. Later she changed her mind and now computers have changed the way she teaches. » L’enjeu est là… influencer les pratiques des enseignants! Bien hâte d’entendre Kaçandre Bourdelais cette semaine au colloque Génération C nous faire part de son point de vue sur ces questions lui qui est très engagé dans des projets OLPC dans toute la francophonie

Tags:
2 Commentaires
  1. Kaçandre Bourdelais 11 années Il y a

    Un lien brisé … voici le site d’une communauté en train de se réseauter autour de l’intégration pédagogique des ordinateurs XO : FranXOphonie

  2. Photo du profil de Mario Asselin
    Mario Asselin 11 années Il y a

    Merci Kaçandre, j’ai réparé…

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2020 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils