La brigade de blogueurs teinte l’événement Ludovia

J’ai beau chercher… Je ne trouve pas, en France, d’autre rassemblement en éducation qui aurait bénéficié de la couverture d’autant de blogueurs. Ludovia 2010 pourrait ainsi être le premier événement important en éducation en France à bénéficier autant de l’attention de gens qui ont à coeur les réseaux, la production de contenu et les échanges. Pas banal…
Au-delà de ce fait, il faut se demander ce qu’apporte la présence d’une brigade de blogueurs dans un événement en éducation du type de celui de Ludovia, sinon, pourquoi faciliter leur participation?
Les blogueurs sont heureux de se rencontrer, manifestement. Une partie de la motivation à franchir tous les kilomètres qui les séparent les uns des autres vient du plaisir qu’ils ont à poursuivre des échanges commencés sur La Toile ou de celui à en initier d’autres qui se prolongeront dans le temps par le numérique. C’est qu’ils sont souvent très proches les uns de ces autres…
Mettre un visage sur un nom (ou un pseudo), passer du temps de qualité avec des collègues aux préoccupations communes, discuter plus à fond de sa pratique ou de certains aspects liés à sa ligne éditoriale… toutes ses raisons sont bonnes pour accepter une invitation. Mais ça ne suffit pas. On doit leur garantir un accès au contenu et aux personnes qui les portent, une liberté d’écriture dans leurs espaces Web, des facilités électriques et wifi d’un point de vue technique et qu’ils n’aient pas à défrayer de coûts (au minimum) pour leurs déplacements et leur séjour. Si on peut faire mieux… on augmente nos chances de compter sur plusieurs personnes.
L’exemple des présentations des Norvégiens est caractéristique «du bénéfice» que peut tirer un événement de pouvoir compter sur une horde de blogueurs… À peu près personne dans la salle pour les écouter à part des gens préoccupés à relayer de l’information et des points de vue. Dans le cas de la Norvège, je ne sais pas si on sera plusieurs à effectivement retransmettre le contenu des présentations, mais au moins, sur place, on pouvait «sauver la face»… Je blague à peine.
L’une des principales raisons pour inviter des blogueurs devrait être d’ouvrir l’événement aux gens qui ne peuvent être présents. Cette fois en particulier (pour Ludovia 2010), on ne compte plus le nombre d’internautes qui se sont joints à la conversation par le tag #ludovia2010 sur Twitter. Les commentaires sur les blogues, la retransmission virale de certaines informations, l’apport de contenu de gens qui ne sont pas présents pour enrichir ce qu’une personne a dit ou pour l’infirmer, toutes ces formes d’échanges viennent bonifier l’impact de l’événement et lui donne l’occasion de pénétrer davantage dans le quotidien des personnes. Les interventions numériques m’ont permis cette année d’apprendre l’existence «de l’école mutuelle», par exemple. J’ai été témoin par des feedback sur Twitter et sur les blogues du changement de certaines perceptions de l’événement Ludovia (par exemple) et la part d’affectif qui «passe beaucoup mieux» par les blogueurs qu’autrement, influencent les gens qui n’avaient peut-être pas envisagé de se déplacer. On aime à se retrouver dans des endroits festifs…
On pourrait mieux mesurer l’impact de la production des blogueurs. Des quelques graphes de Yann Leroux en passant par l’assemblage des tweets ou le calcul précis du nombre de fois où a été relayé la charte d’utilisation de Twitter de Laurence Juin, on serait en mesure de mieux quantifier jusqu’à quel point la brigade de blogueurs rejoint bien «la niche» des gens que veut influencer les organisateurs de Ludovia.
Et si ce n’était que ça… Les blogueurs (et micro-blogueurs) influencent le déroulement des activités. On a gazouillé pendant la table ronde, on a alimenté le mur de Tweets qui défilait à l’occasion, favorisant un maximum d’activités et on a posé des questions à des intervenants qui savaient que la réponse ne resterait pas que dans la salle. Pas étonnant dans ce contexte de la synthèse de fin d’événement, qu’un participant non-blogueur ait suggéré «trois rangées de blogueurs» pour l’an prochain!
Personne n’est dupe: les blogueurs ne rapportent pas des points de vue neutres. Ils assument leur subjectivité et leurs biais, puis ils ne remplacent pas les médias. Mais puisque les médias ne se déplacent pas en masse à Ludovia (c’est le cas cette année, c’était moins le cas l’année dernière) et qu’on souhaite favoriser l’interactivité, c’est peut-être un bon pari à faire que d’investiguer du côté de la possibilité de favoriser la venue de davantage de blogueurs et peut-être d’autres créneaux que ceux de l’éducation et des TIC. Je suis en total conflit d’intérêts en affirmant cela (j’aime bien venir en France)… attention!
J’estime tout de même que la meilleure façon de convaincre certaines personnes (de l’Éducation nationale, des politiques, des commerciaux, des profs, des chefs d’établissement, des cadres, voire des parents et des étudiants, etc.) de venir ou de participer à Ludovia passe par une plus grande place faite aux blogueurs.
Et tout m’indique que nous pouvons être encore plusieurs à répondre à l’appel.
Ludovia a tenté une première; et si c’était le début d’un nouveau souffle pour l’événement? Parler de ludo-éducatif, de serious-game, de nouvelles technologies, d’apprentissage, d’éducation et d’administration scolaire non seulement en théorie, mais en faisant vivre l’expérience des réseaux et surtout, voir et sentir comment fonctionne ces merveilleux outils? Peut-être formerions-nous davantage une véritable communauté de pratiques au service de ceux à qui on veut rendre service?
Personnellement, je suis partant pour une cinquième participation en 2011!
Mise à jour du 11 septembre: Deux semaines plus tard, je note quelques traces incontournables pour bien se souvenir de ce qu’aura été Ludovia 2010. Deux vidéos, la version OFF de Christophe Batier et une version plus corpo d’Alix Pouliot. Un excellent billet synthèse de Éric Delcroix, «Retour sur Ludovia 2010» et le résumé de ce qui s’est publié à l’Infobourg.

Tags:
3 Commentaires
  1. Photo du profil de VirginiePaillas
    VirginiePaillas 10 années Il y a

    Evidemment que le bataillon de blogueurs présent participe à la communication et donne une nouvelle notoriété à Ludovia.
    Ils contribuent à restituer la richesse des points de vue qu’on peut trouver en venant y passer pour quelques heures, quelques jours une pré-rentrée dynamisante.
    Mais, je retiens deux aspects nouveaux liés à la présence de blogueurs et les échanges massifs sur twitter :
    – Pour les participants, comme pour les intervenants, il est évidemment précieux d’avoir des temps d’échanges, des retours sur ce qu’on propose, qu’on arrive à faire passer.
    Mais il est très formateur aussi de lire ce que ces interlocuteurs de qualité ont à dire de nous.
    – Pour ceux qui n’ont pas réussi à nous rejoindre sur place, ce doit être formidable d’accéder ce qui se dit aussi dans les coulisses.
    La subjectivité, la diversité des centres d’intérêts et variété des interventions sont restituées sur le réseau en temps réel. ça doit faciliter l’immersion à distance, ça a donné aussi lieu des interactions constructives.
    Évidemment, moi aussi je compte bien sur le prochain Ludovia, mais je compte aussi sur les 3 rangées de blogueurs en 2011 – Sait-on jamais, si je ne pouvais pas m’y rendre ! #égoïste 😉

  2. Photo du profil de Jean-MarieGilliot
    Jean-MarieGilliot 10 années Il y a

    Il était effectivement intéressant de suivre cette édition de Ludovia, via Twitter et les différents billets des membres de la horde des blogueurs.
    Cela donne une diversité de vues qui me semble très positive. Je me demande simplement dans quelle mesure cela fait évoluer les positions de la tribu des institutionnels, et comment diffuser à la tribu des enseignants, qui ne sont ni invités à Ludovia, ni ne lisent les blogues, mais cela est une autre histoire.
    Cela dit la dynamique que vous avez créé donne l’envie de candidater pour un strapontin sur la 3ème rangée l’année prochaine 😉

  3. Photo du profil de BenoitOuellet
    BenoitOuellet 10 années Il y a

    J’ai suivi avec beaucoup d’intérêt ton pélérinage annuel à Ludovia. Le phénomène des médias sociaux évolue, grandi et mature… et le fait que les médias traditionnels étaient moins présents n’est définitivement pas un critère pour juger la qualité de cette évolution.
    Je serais très d’accord à ce que l’évènement soit ouvert à d’autres domaines… tiens par exemple… au hasard… je verrais bien un blogueur spécialisé en vente de haut niveau être invité à venir partager « live » son expérience ;-)… je disais comme ça :-))
    À bientôt
    Benoît

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2020 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils