Salmigondis de Festival

Depuis onze jours à cette heure-ci, je stationne la voiture et je me prépare à monter en haute-ville pour entreprendre ma soirée de festivalier. En guise de sevrage, j’entreprends en ce début de soirée la rédaction de mon dernier billet de l’édition 2011 du Festival d’été de Québec. Vingt-huit spectacles et neuf entrevues plus tard, mon rôle de blogueur officiel a pris fin avec la conférence de presse «bilan» de la direction (lire le communiqué «Que dire de plus?»). L’atmosphère était joyeuse et les représentants des médias étaient partagés entre la fatigue à combattre et un deuil à faire. L’adrénaline… ça laisse des traces!

Mis à part les nouvelles qui ont été diffusées partout (un résumé ici), je me suis intéressé à l’aspect Internet du bilan et là aussi, beaucoup de positif. Un million et demi de visiteurs sur le site Web (entre le 01-03 et 17-07) et cinq millions et demi de pages vues, ce sont de très bonnes statistiques. Les photos du compte Flickr du FEQ ont été vues à plus de 550 000 reprises. L’article de Olivier Parent est un des seuls à apporter un regard sur la présentation des certains points de presse « sur le site de diffusion live Ustream, ce qui, mine de rien, a attiré plus de 2000 curieux par moments ». Le fait de faciliter le travail de certains blogueurs me paraît avoir été une excellente initiative, mais étant l’un de ces blogueurs, je suis mal placé pour donner du mérite à cette mesure qui a débuté l’année dernière.

Le blogue du Festival d’été me semble avoir été mis à jour beaucoup plus régulièrement cette année ce qui témoigne de l’ardeur de ceux qui le nourrissaient. Comme c’est le cas au moment d’écrire ce billet, des commentaires non-désirés (du spam) ornent la page de garde ce qui laisse de l’espace pour l’amélioration au niveau technique. Aussi, au moment de la conférence de presse, j’ai souligné (sur Twitter) le fait que la direction du FEQ n’a pas encore exprimé clairement une vision du rôle d’internet dans les projets futurs. Il ne suffit que de lire la chronique d’hier de Alain Brunet pour réaliser tous les défis auxquels seront confrontés les décideurs si les objectifs et le modèle d’affaires (volet numérique) ne sont pas mieux définis. Une chose est certaine, ZAP Québec demeure un partenaire de choix et saura s’adapter aux besoins. Cette année, seulement sur la scène Bell des Plaines d’Abraham le soir du concert de Metallica, plus de 4 000 usagers ont pu se brancher (un record pour une soirée).

D’un point de vue plus personnel voici quelques éléments d’un palmarès frivole…

  • Moment intime de blogueur : Ma rencontre avec Emilie-Claire Barlow. En plus de ce que j’ai déjà écrit, échanger sur la culture du Québec avec cette anglophone de Toronto fut un privilège. En bonus, nous avons échangé des souvenirs de concert de Pat Metheny, se découvrant une passion mutuelle pour le guitariste.
  • L’incident qui nous a tous remués : Notre musicographe préférée qui n’a pu entrer pour le show de Metallica. Les détails racontés douloureusement dans « Quand les dieux ont décidé que je ne verrais pas Metallica… ».
  • La fois où la bière était la meilleure : À l’occasion du spectacle des Douze Hommes Rapaillés; Gaston Miron aurait été fier de ses hommes
  • Billet coup de coeur d’un autre blogueur officiel : Celui de Sandra, « Au Cirque Invisible…»; quelle histoire…
  • La « setlist » la plus difficile à obtenir : Celle de Metallica
  • Le spectacle qu’il ne fallait pas manquer : Celui de Karkwa; neuf cents chanceux peuvent se targuer d’avoir assisté à un des spectacles les plus courus du Théâtre Impérial pendant le FEQ. Je n’en suis pas encore revenu.
  • Dans la catégorie « sur la coche » : Le trio Jean-Pierre Zanella; un ravissement pour les oreilles et surtout, trois musiciens à l’écoute les uns des autres…
  • Un artiste qui n’a fait que passer : Omar Souleyman; et même… j’ai eu l’impression qu’il n’était pas vraiment là.
  • Le moment cocasse dans une entrevue : Jean-Pierre Ferland nous en a offert plus d’un; en plus de celui-ci, un responsable de la répétition générale du spectacle s’est fait rabroué devant nous. « Merci à tous, c’est terminé », disait-il… C’était sans compter sur l’euphorie et la générosité de l’artiste qui ne voulait pas s’arrêter : « Comment ça c’est terminé ? Ils ont encore des questions, laissez-moi finir, j’ai des choses à dire et j’ai du plaisir. On répétera plus tard… » Une dame a eu plus de succès quelques minutes plus tard et Jean-Pierre l’a suivie. Tout un numéro de celui qui est sorti de sa retraite.
  • Comment j’aurais pu bloguer ça ? : Avant ma rencontre avec Stefie Shock, on m’avait raconté que son organisation avait investi beaucoup d’argent en France avec le « single » Un Homme à La Mer, en vue de percer chez nos cousins. Un séisme dans l’océan Indien en décembre 2004 rendait à peu près impossible l’idée de faire jouer « le tube » dans les radios et a tué dans l’oeuf beaucoup de travail et de ressources. Je n’ai pas osé aborder ce sujet avec lui finalement…
  • Ma Rencontre du Festival : Jorane. Quelle belle personne dans tous les sens du mot. En dehors de la causerie vidéo que j’ai réalisée, j’écoute l’enregistrement audio de la conversation qui l’a précédée et je me dis que j’ai eu beaucoup de chances que notre première tentative de rencontre ait été annulée le jour précédent. Au moment où ce fut possible, nous étions dans de bien meilleures conditions pour aborder son expérience du Festival et ce qu’elle m’a raconté m’a beaucoup ému. À suivre…
  • Le moment où j’ai eu l’air le plus fou : Je le dois à Marianne Faithfull. Les gens des médias se sont bien foutus de ma gueule. Je n’étais pas préparé à ça!
  • La décision la plus difficile à prendre : Celle de me servir de la passe-média pour le show de Elton John. Je sais, on m’a beaucoup parlé du billet que cela a inspiré, mais bon…
  • L’artiste le plus sympathique : Denis Bouchard. Entre deux bouchées, au moment de la rencontre de presse du spectacle de Jean-Pierre Ferland (la mise en scène était de lui), il a démoli comme lui seul peut se permettre de le faire la théorie de Louise Forestier en deux temps trois mouvements. Une autre affaire que je n’ai pas pu bloguer…
  • La conversation la plus insipide : Un jeune homme accompagnait Coeur de Pirate lors de la rencontre média précédent le spectacle Québec-Paris sous les étoiles. Nous avons discuté lui et moi cinq minutes et il a probablement enfilé trente « je ne sais pas »… Très méfiant le garçon!
  • Le journaliste croisé le plus souvent : Un chic type venu directement de Montréal pour couvrir le Festival pour Le Devoir : Philippe Papineau. Une soie…
  • Ma déception : Thomas Fersen. Je ne devais pas être dans mon assiette ce soir-là.
  • J’aurais dont dû… : Les Black Keys. J’aurais manqué Tim Robbins et son band, mais j’aurais assisté à un des moments forts du FEQ 2011 selon plusieurs.
  • Le microblogueur ayant pris le plus de risques : Olivier Robillard Laveaux, membre du jury des prix Miroir. Quand il a tweeté aux premiers jours du Festival « Afrocubism attire la + grosse foule du #FEQ à la place D’Youville. Donne une saprée leçon de musique du monde. 13 sur scène, chimie parfaite », je me suis dit que ce chroniqueur du Voir était l’homme « à follower ». Je lui ai parlé de ses « tweets à risque » hier, au moment du dévoilement des prix Miroir et il m’a dit : « Je faisais tout approuver par mon superviseur ». Ah bon…

À part de ces deux émissions de la Capitale Blogue (10 juillet 2011, 17 juillet 2011)… je ne vois pas ce dont je pourrais vous parler de plus. De cette photo peut-être ?

Et que penser de cette vidéo… Wow !

Metallica @ Festival d’été de Québec 2011 de Video4D sur Vimeo.

À l’année prochaine…

N.B. Ce billet a aussi été publié sur le blogue du Festival d’été

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2017 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils