Culture pour tous, selon Brault : « De la transaction à la relation culturelle »

« L’art s’inscrit dans un réseau complexe impliquant l’école, la critique et l’institution artistique, laquelle doit favoriser l’interaction entre l’artiste et le spectateur ».

Cette citation vient d’un article du Devoir dans lequel Simon Brault (directeur général de l’École nationale de théâtre du Canada) invalide la position d’André Malraux qui avait tendance à croire qu’il ne suffisait de faciliter l’exposition et la circulation des oeuvres pour qu’elles agissent d’elles-mêmes et transcendent les personnes («le fameux pouvoir de révélation des oeuvres»). Une propriété pouvant peut-être se comparer au concept de l’affordance que nous utilisons parfois en éducation…

Simon Brault (revenons à lui) n’y croit plus et décrit dans un entretien au Devoir publié sous le titre « La culture pour tous » comment la médiation culturelle doit «favoriser une véritable relation entre l’art et les citoyens»…

«En d’autres mots, il faut que notre rapport à la culture soit relationnel, pas transactionnel. C’est possible aussi dans un contexte de culture de masse, si on cesse de n’en valoriser que la consommation immédiate.»

Brillant !

Tags:
1 Commentaire
  1. Photo du profil de AlexandraTousignant-Careau
    AlexandraTousignant-Careau 9 années Il y a

    Vraiment Mario, votre fidélité à nos biographies de leaders nous flatte! À quand votre article sur Marcel Brisebois et le Musée d’art contemporain de Montréal (1985-2004)?

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2020 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils