La prochaine étape à franchir pour le FMBM : la diffusion Web des grands événements?

J’en étais à ma dernière entrevue du Festival. Nous nous sommes installés dans son petit autobus de tournée et nous avons essentiellement discuté de sa façon d’utiliser le numérique au quotidien. En fin d’entrevue, j’ai demandé à Juan Sebastian Larobina quel serait selon lui le prochain pas à faire dans la démarche du Festival Musique du Bout du Monde pour aider les artistes autant que pour faire croître le rayonnement de l’événement. La réponse est tombée immédiatement : « La diffusion Web des grands événements, au moins. Et davantage si c’est possible. Avec une bonne stratégie de diffusion en streaming, on pourrait aller chercher plein de gens de partout à travers le monde et leur donner le goût d’un passage à Gaspé!»
Il faut dire que ce n’est pas le dernier venu qui se permet cette suggestion. L’Argentin d’origine est une figure bien connue de la Gaspésie. Il ne revendique aucun crédit vis-à-vis de ce qu’est devenu le FMBM, mais il a l’impression qu’il y a un peu de lui dans la progression de l’événement qui en est à sa huitième année. Au départ, comprenant que Gaspé voulait se définir au niveau culturel par un Festival d’envergure, il avait convaincu quelques amis amateurs de musique du monde de s’amener dans ce beau coin de la Gaspésie. Lui-même tombé amoureux d’une Gaspésienne, il est devenu un artiste « chou-chou » des festivaliers depuis longtemps et quand il parle du FMBM, on ressent beaucoup d’attachement.
Juan Sebastian Larobina est un adepte des médias sociaux depuis plusieurs années. Il s’occupe lui-même de ses pages Facebook (12), mais il ne sait pas s’il va pouvoir toujours tenir le rythme tellement il y a de travail de ce côté; il faut dire que les plates-formes se multiplient constamment.
J’entendais le même genre de feedback de la part de Boogat et Poirier deux des artistes les plus branchés à s’être présentés au FMBM. Les deux sont sur le point de délaisser leur présence sur MySpace au profit de dispositifs où ils sentent que les interactions sont les plus nourries. Ghyslain Poirier…

« Dès le départ, j’ai toujours su que je n’allais jamais me plaindre des médias de masse. Je crois au travail de terrain. Si ça arrive qu’un grand média parle de ce que je fais, tant mieux. Mon travail c’est de rejoindre des gens un par un et de construire des liens forts. C’est le temps que tu mets qui compte et ce n’est pas infini. Ce modèle d’affaires date de six ou sept ans… Rien de nouveau là-dedans. Les blogues d’aujourd’hui sont les Fanzines d’hier. Le problème actuellement, c’est le niveau de bruit qui est beaucoup plus dérangeant qu’avant. On sent comme un « mur de données » qu’ils nous arrivent artistes de ne pas savoir comment surmonter. À ce moment, on se demande… où mettre la priorité? »

Sans vouloir trop simplifier, Boogat va un peu dans le même sens. Il affirme que « les gros influenceurs ont un pouvoir de diffusion que les petits n’ont pas et c’est juste un peu plus compliqué de trouver qui est qui. Mais on arrive assez vite à savoir dans un marché de niche et tout s’éclaire ».

« Moi qui suis né à Québec et qui y suis resté jusqu’à 21 ans, j’ai réalisé que ma langue maternelle pouvait être autre chose que l’expression de mon identité que ça pouvait devenir une sorte de canal, par lequel je communique. Conséquemment, avec plusieurs canaux disponibles, j’améliore mon rayonnement et aujourd’hui je peux dire que mon identité est lié à tous ces canaux, incluant le canal numérique. »

Au moment où j’écris ces lignes, le Festival vient de se terminer et je n’ai pas pris le temps de communiquer aux organisateurs ma perception des améliorations possibles pour mieux se servir des environnements numériques pour communiquer. La piste suggérée par Juan Sebastian Larobina est intéressante. À court terme, je me dis que tout ce qui peut favoriser la conversation au sujet du FMBM est à considérer. Je me demande si l’idée d’engager davantage les artistes dans la réflexion sur les usages à promouvoir pourrait aussi comporter de multiples avantages. Nous aurons sûrement l’occasion d’en rediscuter…

N.B. Ce billet a également été publié sur le blogue du Festival Musique du Bout du Monde

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2017 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils