À propos d’un groupe de travail bénévole pour un Plan numérique pour le Québec

À noter : Ce billet a aussi été publié sur le site Web de quelques collègues (1, 2, 3, 4, 5) préoccupés autant que moi par la nécessité se doter d’un plan numérique pour le Québec.

Pendant la campagne électorale, nous avons tous déploré l’absence de débats et d’engagements autour du numérique et du gouvernement ouvert. Encore plus préoccupant, bon nombre d’entre nous avons constaté un réel manque de sensibilité à tout ce qui est numérique ou nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC) chez nos politiciens en général. En effet, lorsque interrogés sur ces sujets, peu d’entre eux sont en mesure d’exprimer une vision claire du potentiel que représentent les idées et les capacités du savoir faire de nos entrepreneurs et de la société civile québécoise sur les questions du numérique et du gouvernement ouvert.

À la suite de l’élection du 4 septembre dernier, M. Jean-François Gauthier, co-fondateur du mouvement Démocratie ouverte, a contacté M. Claude Malaison, lui aussi membre du collectif, pour lui faire part d’une idée: amorcer une collaboration citoyenne entre les personnes préoccupées par les enjeux du numérique au Québec et du gouvernement ouvert afin de proposer un plan de match pour l’avenir.

L’un et l’autre ont contacté des gens autour d’eux pour valider leur intérêt à y participer. Les personnes suivantes ont accepté:

  • Mme Michelle Blanc
  • M. Cyrille Béraud
  • M. Michel Chioini
  • M. Mario Asselin
  • M. Sylvain Carle
  • M. René Barsalo

Le groupe s’est réuni une première fois et a immédiatement convenu de la nécessité d’être inclusif et transparent dans la démarche. Suite à une seconde rencontre, le groupe s’est élargi par l’ajout de personnalités importantes de la scène québécoise du numérique, soit M. Michel Cartier et Hervé Fischer. Voici les suites que nous proposons : au cours des prochains jours, nous publierons sur le site de Démocratie ouverte un premier document de réflexion sur lequel il sera possible de réagir.

Pour ce faire, nous structurerons les débats autour d’un outil qui permettra la participation et la collaboration. Nous souhaitons identifier de nouvelles idées ou pistes de solutions et générer des consensus. Nous souhaitons construire rapidement une stratégie numérique cohérente et attractive qui pourrait être proposée aux autorités politiques concernées. Nous pourrons par la suite jeter les bases d’un plan numérique pour le Québec.

Pour l’instant le numérique est encore perçu comme un outil parmi tant d’autres. Nous croyons qu’il pourrait être un puissant levier de développement économique, social, culturel et démocratique. Plus qu’un outil, la révolution numérique est une des pierres d’assise sur laquelle nous devons construire le Québec de demain !

Mise à jour du 30 septembre : Une suite sur mon blogue au Huffington Post et un billet de Michel Dumais sur le sujet.

* * * * * * * * * * *

On comprendra que je viens de vivre une campagne électorale et que de mon côté, il a quand même été question de ces sujets, de temps à autres, là où je me suis exprimé. Je me réfère à ce billet « Ensemble et maintenant » dans lequel je relate le moment au congrès de fondation de mon parti où nous avons adopté une politique de gouvernement ouvert à travers la création d’une plate-forme de publication de données ouvertes, libres et accessibles. Vrai qu’il en a été peu question pendant la dernière campagne, mais cette contribution de mon parti peut donner une indication de l’ouverture de notre formation politique au gouvernement ouvert.

Aussi, j’ai eu l’occasion le 30 aout de participer à un débat organisé par la VETIQ (La voix des entrepreneurs en T.I. de Québec) qui a porté en partie sur les sujets dont il est question dans ce billet. Je n’ai trouvé qu’un seul compte-rendu de l’exercice (et un communiqué), mais on pourra juger par les questions qui étaient posées de l’à-propos de la démarche de cette association que nous avons pris au sérieux, les trois politiciens présents.

Le cheminement qui doit ultimement nous mener vers l’adoption d’un plan numérique sera pimenté par d’autres épisodes où des acteurs viendront ajouter leurs contributions, mais il faut préciser qu’il ne date pas d’hier. J’apporterai ma contribution pour faire avancer les choses en participant activement aux échanges qui suivront.

En terminant, voici plusieurs billets récemment publiés qui touchent le sujet et dont je crois qu’il faut prendre en compte…

D’autres billets déjà publiés sur ce sujet…

La discussion pourra aussi se poursuivre via le réseau Twitter par l’entremise du mot-clic #PlanQc.

Mise à jour du 1er novembre : Deux articles en suivi… « Un plan numérique pour s’affirmer ! » sur mon blogue et « Les penseurs du numérique mettent de la pression sur le gouvernement », au Journal des Affaires.

Tags:
2 Commentaires
  1. Photo du profil de Stéphane Guidoin
    Stéphane Guidoin 5 années Il y a

    J’aime le développement que cela prend. Je dois dire que j’étais un peu hésitant avec la liste initiale de nom publiée dans l’article de la Presse. Non que je n’aimais pas les personnes en question, mais entre autres tu étais le seul a avoir un engagement politique clair ce qui donnait une image étonnante du petit groupe que se constituait. Avec les membres qui se rajoutent, on trouve un équilibre très intéressant avec différents groupes politiques représentés ainsi que des personnes plus « apolitiques »!

  2. […] numérique pour le Québec initié par Jean-François Gauthier et Claude Malaison. Le billet de Mario Asselin, un des membres du groupe, présente bien les moments forts de cet effort qui se remobilise sous […]

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2018 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils