Universités : les conséquences du sous-financement à leur sommet ?

Étant encore sur la liste de diffusion des membres du personnel de l’Université de Montréal puisque j’y enseignais jusqu’à tout récemment, j’ai pu lire aujourd’hui la lettre du Recteur Guy Breton adressée aux membres de la communauté universitaire. Il sollicitait notre appui face aux compressions budgétaires demandées par le gouvernement du Québec.

« La décision qui a été prise face à cette situation inédite est de réaliser les quelques compressions qui peuvent encore l’être et de reporter le reste de l’effort demandé par le gouvernement, quelque 19 millions de dollars, sur la dette accumulée de l’UdeM. Les coupes budgétaires, de l’ordre de 1 à 3 millions de dollars, toucheront principalement des reports de dépenses, des diminutions d’embauche de personnel, d’acquisitions, de réparations et de réalisations de projets. »

Rien pour diminuer la pression mise sur le Sommet sur l’enseignement supérieur. L’article de La Presse Canadienne rend compte du péril qui guette l’exercice qui « devait pourtant être la grande rencontre de la réconciliation ». Des recteurs d’université qui jugent que les « nécessaires compressions » deviennent une « opération impossible », des étudiants conquis par l’idée de leur reconnaître le droit de grève et rêvant d’un gel des droits de scolarité… plusieurs anticipent les conclusions, d’autant que l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) s’est assuré en posant une série de conditions pour participer que ce ne soit pas possible d’écarter leurs revendications pour la gratuité scolaire (Ajout : lire « La leçon de morale de Blandine Parchemal » et la réponse de cette dernière au Voir).

« Les acteurs du «printemps érable» ont eu de quoi célébrer avec l’élection du Parti québécois le 4 septembre et bon nombre d’entre eux pensent qu’il ne faut surtout pas s’arrêter en si bon chemin. »

Dans un billet qu’il vient à peine de publier sur le site de La Presse, Yves Boisvert « se demande vraiment comment le gouvernement s’y prendra pour ne pas lancer les universités dans une spirale de détérioration ». Il invoque les expériences de visioconférence qui risquent de « multiplier les initiatives de cours au rabais ».

« Ceux qui dénonçaient la hausse des droits de scolarité comme un indice de la “marchandisation” de l’enseignement supérieur, qu’on allait vendre comme un objet en somme, devraient voir les conséquences du sous-financement. »

On le sait, je suis de ceux qui décrient qu’en plus, on ne voit pas venir la pression que les MOOCs vont ajouter puisque déjà, ils constituent des « leviers de transformation » importants de l’enseignement supérieur, qu’on soit d’accord ou pas avec le fait que de véritables apprentissages soient au rendez-vous en utilisant cette façon d’avoir accès aux savoirs.

Les conséquences du sous-financement des universités qui a déjà fait consensus avant les événements du printemps me paraissent atteindre une ampleur inusitée et viennent ajouter au désarroi de tous les observateurs qui ont cru en la possibilité de rehausser la qualité des études supérieures au Québec au sortir du rassemblement de février à Montréal.

Moi qui ai enseigné à l’aide d’une pédagogie hybride combinant le présentiel à la publication Web avec mes soixante étudiants en communication organisationnelle, je me désole qu’un billet comme celui de ce soir accole l’étiquette de la « spirale de détérioration » au recours au numérique, mais je ne peux que donner raison à Yves Boisvert. Dans ces circonstances, l’utilisation de la visioconférence nous éloignera de l’objectif d’offrir un enseignement de meilleure qualité.

Sans stratégie d’utilisation du numérique, pris à la gorge par un sous-financement croissant, je ne crois pas qu’un réel climat propice aux innovations va s’installer au sein de la communauté universitaire.

Pourtant, nous en aurions tellement besoin.

Sous fortes tensions, les occasions de changement dans les pratiques d’enseignement deviennent suspectes étant toujours perçues comme des tentatives de pallier aux manques de moyens pour mieux faire.

Est-ce que ce Sommet, en plus de monter les uns contre les autres, réussira aussi à tuer l’innovation ?

J’espère sincèrement que la pause des Fêtes nous fournira l’occasion de repartir en 2013 sous de meilleurs sentiments.

Tags:
4 Commentaires
  1. Photo du profil de Stéphane Allaire
    Stéphane Allaire 5 années Il y a

    Bonjour Mario,

    J’ai hâte que tu détailles le levier transformationnel que tu vois dans les MOOC car, franchement, les grands statements me laissent sur mon apétit 😉

    Aussi, concrètement parlant, pour améliorer l’enseignement, je suis d’avis qu’une place accrue à la pédagogie universitaire serait plus profitable qu’une stratégie du numérique. Ce qui n’enlève pas la pertinence de cette dernière au niveau de l’État québécois.

  2. Photo du profil de PatrickGiroux
    PatrickGiroux 5 années Il y a

    Je suis on ne peut plus d’accord avec Stéphane… Il faut donner une place accrue à la pédagogie universitaire d’abord et, ensuite, introduire les TIC. Sinon, on risque de provoquer des usages inadéquats des TIC, des usages motivés par les mauvaises raisons et fondés sur de mauvaises bases.

    Quant aux MOOCs, j’ai commenté le billet de Stéphane que tu cites plus haut et je crois toujours que la majorité des étudiants universitaires n’ont pas les compétences relatives à l’apprentissage nécessaires pour profiter réellement des MOOCs.

  3. […] scolarité à l’université. J’ai écrit de nombreux billets sur le sujet ( dont 1, 2, 3 et 4) et on comprendra que j’étais de ceux qui trouvent que les étudiants sont déjà très […]

  4. […] scolarité à l’université. J’ai écrit de nombreux billets sur le sujet (dont 1, 2, 3 et 4) et on comprendra que j’étais de ceux qui trouvent que les étudiants sont déjà très […]

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2018 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils