Le coup de génie des Capitales de Québec

Note : Ce billet a d’abord été publié au Journal de Québec dans la section « blogue ».

Québec est un endroit merveilleux l’été, mais rien ne vaut l’atmosphère de son vieux stade du Parc-Victoria, les soirs où les Capitales de Québec offrent du bon baseball. Hier soir, en plus de procurer aux 3 251 spectateurs une victoire de 10 à 3 aux dépens des Jackals du New Jersey, les locaux ont présenté à leurs partisans le premier Cubain à venir jouer au baseball en Amérique avec la perspective de pouvoir retourner dans son pays au terme de la saison. Un autre coup de génie du président des Capitales, Michel Laplante…

La Ville de Québec peut compter sur du baseball professionnel depuis 1999, avec la présence d’un club qui évolue dans la division Can-Am de l’Association américaine du baseball professionnel indépendant. Les Capitales ne possèdent aucune affiliation avec une équipe des ligues majeures de baseball, mais ses six championnats en font une équipe très populaire.

La bonne réputation du club est beaucoup liée à Michel Laplante, qui a été entraîneur chef de l’équipe pendant cinq saisons, après avoir été un des meilleurs lanceurs que les Capitales ont vu défiler sur le monticule. Président des Capitales depuis 2010, celui qui a été repêché par les Pirates de Pittsburgh en 1992 travaillait depuis cinq ans sur un projet très particulier d’entente avec Cuba, pays reconnu pour son amour du baseball. Avant d’en dire davantage sur la soirée de Yuniesky Gurriel, il faut entendre celui qui est aussi fondateur et président de l’entreprise B45 parler de l’entente historique conclue avec le gouvernement cubain…

Yuniesky Gurriel a donc fait ses débuts avec les Capitales hier soir. Il n’a pas tardé à se faire valoir, frappant son premier coup sûr en quatrième manche et produisant son premier point à l’aide d’un simple à sa présence suivante. Cette vidéo des Capitales nous montre l’accueil de gens de Québec et les performances du nouveau numéro 51 des Capitales qui a patrouillé le champ droit en défensive, hier soir.

L’entente avec le gouvernement cubain est historique et c’est pourquoi elle place le club de baseball professionnel de Québec dans une situation privilégiée.

D’une part, Cuba est une pépinière de joueurs de baseball puisque c’est le sport national du pays. Le calibre de jeu de la Serie Nacional de Béisbol y est relevé et plusieurs joueurs rêvent de pouvoir évoluer hors de leur pays sans se mettre à dos les dirigeants. Le fait qu’un membre de la famille Gurriel soit le premier joueur à venir en Amérique n’est pas un détail anodin puisque le père, Lourdes Gurriel, est une légende du baseball cubain ayant fait partie de l’équipe nationale pendant plusieurs années. La famille Gurriel a toujours été loyale à Fidel Castro et les dirigeants cubains ont une entière confiance en eux.

D’autre part, l’entente prévoit que des jeunes de Québec pourront aller s’entraîner à Cuba ce qui pourrait représenter une perspective intéressante, pas seulement pour le développement du baseball ou de l’apprentissage de l’espagnol. Il faudra surveiller de près les prochaines annonces de Michel Laplante qui est aussi impliqué dans l’Académie de Baseball des Capitales.

Bien-sûr, l’entente va beaucoup profiter aux Capitales eux-mêmes, dès cet été…

« Le président des Capitales considère que le voltigeur, sans être un frappeur de circuits, est un joueur qui a une belle rapidité et qui fait bien les choses.

Gurriel pourra d’ailleurs participer aux parties de la formation québécoise aux États-Unis dès qu’il obtiendra son visa américain. Malgré l’intérêt que certaines organisations du baseball majeur pourraient avoir envers l’athlète de 32 ans, Laplante ne croit pas qu’il en profitera pour tenter de rester de l’autre côté de la frontière.

«Il est conscient aussi que si toute cette patente-là fonctionne, en créant un lien culturel entre eux et les Québécois qui feront du baseball à la cubaine en espagnol, et s’il retourne là-bas à la fin de la saison, qu’il va ouvrir la porte pour les prochains joueurs qui vont vouloir venir et qu’on va pouvoir élargir l’entente», a dit le dirigeant. » (source)

La présence de Yuniesky Gurriel à Québec ouvre la porte pour que d’autres joueurs de baseball de Cuba viennent à Québec. Mériter la confiance de tous ceux qui ont signé l’entente très particulière entre Québec et Cuba constituera leur principal défi.

À suivre…

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2019 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils