Lettre à Claude Dubois

Note : Ce billet a d’abord été publié au Journal de Québec dans la section « blogue ».

Cher Claude,

Vous êtes un de ces artistes dont j’admire le talent, depuis longtemps. J’étais présent au Colisée de Québec en 1982 pour le spectacle où vous étiez accompagné par les musiciens du groupe UZEB, dans une des nombreuses périodes de votre vie professionnelle où vous étiez adulé en tant qu’artiste. J’étais étudiant à l’Université et depuis, votre musique ainsi que vos textes ont souvent accompagné des épisodes de ma vie, parfois heureux, parfois mélancoliques. Vous faites partie de ma culture de Québécois.

Depuis quelques jours, vous faites la manchette pour des raisons qui n’ont rien à voir avec votre démarche artistique. Habituellement, je ne prête pas attention à ce qui se passe dans la vie privée des artistes, encore moins dans celle des artistes de chez nous. Cette fois, un extrait d’entrevue qui m’a été rapporté par le biais d’un copain qui fuit lui aussi les potins artistiques m’a beaucoup étonné. Je suis allé visionner l’entrevue que vous avez accordée lors de votre passage à l’émission Salut, Bonjour week-end et j’ai senti le besoin de vous écrire.

Bien entendu, il n’est jamais facile de devoir répondre devant la caméra à des accusations de conduite avec les facultés affaiblies. Vous semblez comprendre à l’écoute de la vidéo qu’un juge tranchera si oui ou non, vous êtes coupable de ce dont on vous accuse et c’est très bien ainsi.

Mon étonnement est ailleurs.

Si je tenais à vous faire part de mon point de vue, c’est pour un seul des thèmes abordés dans cette entrevue, celui de l’attention que les médias et les gens vous porte.

Dans le passage où vous insinuez que « quelqu’un ne vous aimant pas la face » aurait quelque chose à voir avec ce qui vous est arrivé, je ne comprends pas que vous vous placiez dans la posture de celui qui aurait à se défendre devant les téléspectateurs de ce qui est arrivé. De la façon dont vous avez utilisé l’expression « c’est l’histoire de ma vie de star », en méprisant ce volet de votre vie si j’ai bien décodé votre ton, vous dites aux gens « je n’apprécie pas ce statut de vedette ».

Pourtant, c’est un rare privilège.

M’enfin…

À votre commentaire sur le fait que bientôt nous aurons droit « à toutes les gentillesses de ceux qui [vous] adorent dans [nos] journaux respectifs » on est porté à conclure que vous n’aimez pas toute l’attention dont vous êtes l’objet.

Je comprends de votre déclaration que cette attention des médias quand ils se concentrent sur des événements de votre vie personnelle constitue une sorte de preuve qu’ils ne vous aimeraient pas.

On a dû vous expliquer, j’imagine, que le modèle d’affaires qui vous permet de vivre de votre talent d’artiste exige le soutien des médias pour agir en promoteur de « la marque Claude Dubois ». On a probablement passé du temps à vous dire avec tact et discernement que vous êtes en quelque sorte « un produit » culturel et qu’une bonne mise en marché passe en grande partie par les médias de masse. Enfin, ce n’est pas à vous que je vais apprendre qu’avec les médias, il est très difficile de complètement contrôler le message autour de votre produit quand des événements polémiques dans votre vie personnelle entrent en jeu.

Certains réfléchissent à un autre modèle d’affaires possible dans votre domaine, mais je ne crois pas que vous préparez un virement de bord, si je me fie à l’intensité de votre présence dans les médias sociaux. Et même là, ce qu’on dit sur soi dans les médias de masse ont une grande importance.

Je me demande alors pourquoi vous avez accepté cette entrevue si vous aviez l’intention dans celle-ci de blâmer des gens ou des médias que vous accusez de ne pas vous aimer ? Croyez-vous vraiment que les gens vont faire une grande différence entre vous « Claude Dubois » le papa ou l’homme et vous « Claude Dubois », l’artiste ?

J’imagine facilement que vous faites ce métier d’artiste pour être aimé. Je me trompe ?

Cette entrevue dont on ne voit qu’un extrait d’à peine plus de deux minutes dans l’article que j’ai hyperlié montre une facette de l’homme « Claude Dubois » peu conciliable avec le contexte propice à vous vendre vous, en tant que « produit culturel », le réalisez-vous ?

De deux choses l’une : ou vous changez de modèle d’affaires pour la marque « Claude Dubois » ou vous cessez de donner ce genre d’entrevue.

Il y aurait la solution de mieux vous conduire en société, pour que votre image de marque cesse de se détériorer, mais l’historique de vos frasques de ces dernières années me recommande d’exclure cette possibilité.

Bref, Claude, vous vieillissez mal et j’ai bien peur que votre carrière d’artiste pourrait en souffrir, dans les conditions actuelles de comment elle est menée.

Quand j’écoute vos beaux textes si bien enracinées dans certains épisodes de ma vie, de nouveaux sentiments veulent prendre place dans mon imaginaire et je dois lutter pour qu’elles ne perturbent pas les bons souvenirs que j’ai de vos chansons et de votre musique.

Claude, je vous demande de réfléchir à cette idée que moi comme d’autres, nous avons pu beaucoup vous aimer et que ce serait moche de venir altérer en fin de parcours une aussi belle histoire d’amour.

Si vous avez construit autant avec nous, c’est un peu beaucoup par votre talent d’artiste, mais également par le truchement des médias qui me semblent avoir été de bons complices plutôt qu’adversaires, dans vos aventures.

Le récent épisode médiatique montre un homme qui ne s’assume pas et qui fait porter la responsabilité de ce qui lui arrive à d’autres. Si la théorie du complot vous tente, pour moi, elle sonne faux.

Cela dit, parce que je vous aime bien, je le répète.

Quant au reste, je fais confiance à notre système de justice et à votre bonne foi.

Salut!

Mise à jour du 22 octobre : Claude Dubois – Officiellement accusé de conduite avec les facultés affaiblies

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2019 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils