CycleMap : découvrir le monde à vélo !

Note : Ce billet a d’abord été publié au Journal de Québec et au Journal de Montréal dans la section « blogue ».

Les mordus de vélos ont bien noté le passage remarqué de deux entrepreneurs de Québec à la populaire émission Dans l’Oeil du Dragon, le 13 avril dernier. L’application mobile CycleMap développée par David Boudreault, Olivier Carbonneau et Olivier Rousseau veut séduire tous les cyclistes du monde entier. Mais c’est après avoir serré la main de Mitch Garber et de Serge Beauchemin avec qui une entente a été conclue que le travail commence vraiment!

Les trois développeurs se consacrent à temps plein à leur entreprise Ratomic Lab qui a vu CycleMap téléchargée plus souvent en avril 2015 que pendant tout le mois de juillet 2014. La visibilité obtenue aux Dragons explique bien entendu le phénomène. David Boudreault ne se conte pas d’histoire… «On s’entend qu’il y avait pas mal plus de gens qui faisaient du vélo en juillet l’an dernier qu’au mois d’avril de cette année», tout le mérite revient aux Dragons.

Beaucoup de boulot attend l’équipe qui doit finaliser l’entente avec les deux investisseurs reconnus pour l’ampleur de leur carnet d’adresses et la richesse de leur expertise en affaires. Encore ici, celui qui a côtoyé Dominique Brown chez Beenox pendant plusieurs années est réaliste. «Avec Mitch et Serge, ça ne fait que commencer. Tu t’entends avec des Dragons au petit écran, mais la réalité c’est qu’après, tu te courtises à fond. Les premières impressions sont bonnes, mais il faudra s’entendre sur l’essentiel pour qu’un vrai « mariage » ait lieu. Ce qui se passe à la télé et ce qui se passe après, c’est deux choses différentes».

David Boudreau est confiant, mais le défi des prochaines semaines reste entier : attirer le plus grand nombre possible d’usagers. Le succès du développement des fonctionnalités de l’appli dépend fortement des feedback reçus et la progression du nombre de téléchargements doit se maintenir.

«Depuis l’aventure avec les Dragons, on sent que les cyclistes veulent encore plus nous aider en communiquant avec nous pour faire des suggestions. On essaie de répondre aux gens qui nous écrivent en dedans de 48 heures… Certains vont jusqu’à nous dessiner des trajets possibles et nous les expédient. Utilisateurs de l’application, ils voient bien que c’est à leur avantage de nous aider à améliorer le produit!»

Récemment, je suis allé à la rencontre des trois cerveaux derrière CycleMap, un peu comme l’ont fait plusieurs autres médias de Québec (1, 2, 3, 4), curieux d’en apprendre davantage sur la vie d’une startup dans l’écosystème économique de Québec. Je leur ai d’ailleurs posé directement la question de savoir si Québec est un bon endroit pour lancer une startup ?

Politiquement correct, j’ai bien senti qu’ils voulaient demeurer constructifs, mais comme ils connaissent bien l’environnement de Boston et de la Silicon Valley, il fallait mettre de côté la langue de bois…

«Boston a une vingtaine d’années d’avance sur Québec. Ça transpire tellement l’intelligence et la créativité là-bas. Prenons l’exemple des synergies avec les universitaires. Ici, l’université Laval… c’est souvent un lieu en dehors du milieu des entrepreneurs, contrairement au Massachusetts Institute of Technology (MIT) où le milieu universitaire et celui des startup travaillent ensemble.»

David Boudreault a bien raison : les universités et les entrepreneurs doivent tisser des liens serrés. Celui qui est à l’origine de CycleMap connaît bien Boston y ayant déjà passé quelques mois, attiré par l’effervescence du soutien en innovation. Mais il demeure confiant, de par les signes que la situation s’améliore dans l’environnement de Québec. Il faut dire qu’il n’en est pas à sa première entreprise et qu’il a choisi de demeurer dans la capitale pour la qualité de vie. Ses objectifs sont clairs : développer un bon produit, avoir du plaisir, et créer de la valeur dans sa ville, à Québec, même s’il entretient des ambitions internationales pour CycleMap !

De son côté, les deux passions d’Olivier Carbonneau, se rencontrent avec CycleMap : la programmation et le vélo. Lui et son copain ont déjà été lauréat avec leur application mobile dans le cadre du concours du Fonds d’innovation Spin Master. Ils participent également au programme Canadian Technology Accelerators qui offre du financement, mais surtout, beaucoup de coaching. C’est d’ailleurs ce qu’ils recherchent le plus dans les partenariats qu’ils concluent.

Leur modèle d’affaires pour CycleMap est du type freemium, comprenant un accès gratuit à l’application et un abonnement à prix compétitif pour avoir accès à toutes les fonctionnalités. L’équipe planche sur une version Androïd, disponible «quand on aura la bonne recette sur iOS», disent-ils. Le focus est mis actuellement sur un sous-produit qui permet selon six variables de se construire un itinéraire sur mesure. Les cyclistes peuvent ajouter des points d’intérêts et de plus en plus, les usagers vont par leurs contributions augmenter le nombre des possibilités. Déjà 1 579 958 km en pistes cyclables y sont répertoriées…

Avec les téléchargements et les relais par les réseaux sociaux, CycleMap se fait connaître. On espère que des associations qui regroupent des passionnés de vélo se manifestent (Grand Tour, Grand Prix cyclistes, Tour de France, etc.). «On imagine déjà comment le partnership avec des gens qui « trippent » vélo peut nous pousser plus loin. Pourquoi des municipalités qui veulent valoriser leurs pistes cyclables ne nous contacteraient pas ?»

En terminant la rencontre, celui qui avait été le plus silencieux des trois compères en profite pour parler de son activité de la fin de semaine, le Startup Weekend Maker Québec.

Une expérience entrepreneuriale unique et mémorable qui souhaite en 54 heures développer une idée qui pourrait être véritablement la base d’une future entreprise. Les projets doivent être concrets et permettre de réaliser un prototype. Sept imprimantes 3d sont sur place, au Pavillon Alexandre-Vachon de l’Université Laval.

À force de réaliser ce genre d’initiative, notre région deviendra une terre fertile pour les startup.

Ces jeunes entrepreneurs qui sont ceux derrière CycleMap font vraiment honneur à la Ville de Québec. La moindre des choses serait de suggérer leur application à tous ceux de nos réseaux qui font du vélo, n’est-ce pas?

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2017 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils