Très en forme, le vieux Jagger !

Note : Ce billet a d’abord été publié au Journal de Québec et au Journal de Montréal dans la section « blogue ».

J’étais des 93 000 plus de 100 000 personnes présentes hier soir sur les Plaines d’Abraham pour le spectacle des Rolling Stones. Je m’en serais voulu de ne pas être allé saluer une dernière fois un groupe aussi mythique alors qu’il est de passage dans ma ville.

J’ai été solidaire de ma conjointe qui ne bénéficiait pas comme moi d’un accès avant-scène. Nous nous sommes présentés vers 18h à l’entrée Nord des plaines par la Grande Allée (Croix du Sacrifice). Nous trouvions la file d’attente un peu trop longue à notre goût, nous avons donc entrepris de marcher jusqu’à l’entrée Sud, celle des gens qui arrivent par l’escalier du Cap-Blanc. Pour rejoindre la loooongue file qui s’étendait sur des centaines de mètres, nous avons dû marcher une bonne vingtaine de minutes puisque «la queue» se trouvait dans la côte Gilmour.

J’ai apprécié croiser des bénévoles du Festival d’été de Québec (FEQ) qui dirigeaient les gens et surtout, qui empêchaient ceux qui avait le goût de se glisser injustement dans la file de se faufiler. Quand cela arrivait, on entendait rapidement les hauts-cris et la(les) personne(s), tête basse, se remettait(aient) à marcher.

Disciplinés nous avons été, ma blonde et moi et nous n’étions pas seuls à l’être.

Nous en avons profité pour discuter avec les gens dans la file, tout en se disant qu’il fallait faire confiance à l’organisation du FEQ. On entendait au loin le groupe Galaxie qui débutait sa prestation, tout en guettant de temps à autres sur le fil twitter du FEQ si on pouvait espérer entrer…

Nous sommes arrivés au point de contrôle à 20h. L’entrée sur la plaines se faisait rondement. Les gens autour donnaient l’impression d’une sorte de délivrance. Arrivés à leur but ultime (pouvoir entrer sur le site pour voir les Rolling Stones), les gens démontraient leur plaisir avec emphase.

Mais il faillait maintenant se trouver une place. Je ne vous raconte pas les détails, mais se rendre jusqu’au dessus de la butte de l’autre côté (près des commerces de restauration) nous a pris un autre vingt minutes, cette fois au prix de plusieurs contorsions et faufilades. Le FEQ avait beau demander aux gens assis sur des couvertures de se lever… ce n’était pas commode de déambuler ainsi au travers de la foule qui devenait de plus en plus compacte, à 60 minutes du début.

On peut dire que nous étions installés à notre place définitive vers 20h40. La vue était assez belle, même si nous étions loin. L’atmosphère était bonne enfant, les gens se foutaient pas mal des membres du groupe The District qui se démenaient sur scène tant bien que mal. Ça jasait Stones…

Ravis, ma conjointe et moi, d’être enfin arrivés sur le site et d’être prêts pour le début du spectacle des légendes que sont les Rolling Stones, on appréciait doucement le moment.

Le soleil s’est couché et l’excitation a commencé à nous gagner vraiment. Je voyais passer tout de sorte de commentaires, autant autour de moi que par l’entremise des médias sociaux. J’étais présent pour Paul McCartney, Billy Joel et pas mal tous les gros spectacles sur les plaines, mais ma place ce soir dans cette grosse foule a sûrement été celle qui m’a demandé le plus d’efforts et de patience.

La traditionnelle photo du site est toujours aussi magique…

Mick Jagger et sa bande arrivent enfin, au son de Start Me Up
. Les gens jubilent, bien entendu.

Mon collègue Cédric Bélanger du Journal a très bien résumé la prestation du groupe dans son article (Sylvain Cormier aussi), mais il n’a pas parlé du fait que le son était plutôt moyen à l’arrière. On ressentait des effets de vague comme si on jouait avec le volume.

On n’a pas boudé notre plaisir pour autant, mais je me souvenais qu’au spectacle de Johnny Hallyday, j’étais à peu près au même endroit et la qualité sonore était impeccable.

J’ai été très impressionné de la forme de Mick Jagger. Courir partout sur scène comme ça à l’âge qu’il a (il aura 72 ans le 26 juillet prochain), c’est franchement renversant. Pendant tout le concert, il n’a cessé de bouger, d’animer et de courir. Vers la fin du spectacle en interprétant Brown Sugar
, il s’est même payé le luxe d’un sprint d’un bout à l’autre de la grande scène. Une force de la nature !

Il valait la peine de se donner autant de mal pour voir de nos yeux ce spectacle historique des Stones sur les plaines (Ajout: voir cette vidéo). Entendre Mick Jagger parler français toute la soirée, apprécier la complicité des quatre «bad boys» entre eux, il n’y avait pas d’effort qui pouvait être regretté à autour de 23h20 d’entendre sur place les Sympathy For the Devil

, You Can’t Always Get What You Want et (I Can’t Get No) Satisfaction aussi bien interprétés.

Je regardais ce matin cette courte vidéo de remerciements enregistrée chez nous par Mick, Keith, Charlie and Ronnie.

Je ne verrai plus jamais du même angle la place de chacun dans le groupe, après avoir vu le «show» d’hier soir.

Mick est le leader hyperactif, l’animateur des Stones.

Keith semble tout diriger musicalement et il apparaît comme la conscience du groupe.

Ronnie l’excentrique est le bouffon.

Et Charlie a toujours autant de mal à prendre sa place, mais il assure.

Un gros merci au Festival d’été de Québec de nous avoir fait vivre hier soir ce moment unique.

Merci pour la gestion de foule et pour la confiance dans les gens de Québec qui ont encore démontré hier soir qu’ils savent vivre.

On continue… c’est le jour 8.

Pour moi ce soir, tous les efforts seront concentrés sur Bernard Adamus, mais une petite surprise m’attend à 16h. On s’en reparle…

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2018 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils