Culture générale et formation des citoyens

Note : Ce billet s’inscrit dans la foulée de quelques-uns écrits (et à écrire) dans le cadre de la tenue de l’évènement Forum des idées pour le Québec du 25, 26 et 27 septembre 2015. Celui-ci intervient à la suite de ma contribution au panel du samedi 10h30 «Culture générale et formation des citoyens».

D’abord, ces quelques lignes sur la thématique de ce panel que j’ai le bonheur d’animer…

«Notre société qui devient de plus en plus complexe doit former des gens toujours plus spécialisés pour s’adapter aux changements. Cette situation crée des silos du point de vue des connaissances, alors même que la société demande quant à elle plus de culture générale et d’interdisciplinarité. Comment assurer ici la quadrature du cercle? C’est le sujet que nous avons demandé à monsieur De Koninck de traiter.»

On aura compris que nous nous sommes tournés vers le grand personnage qu’est Thomas De Koninck pour initier les discussions.

Mes rapports avec celui qui aurait selon plusieurs inspiré Saint-Exupéry dans l’écriture du Petit Prince ont été fréquents ces dernières années. Je ne ferai que référer à ces deux (1, 2) traces parmi quelques contributions sur ce carnet avant d’aller plus loin…

M. De Konick ayant été retenu à la maison pour des raisons de santé, je me suis chargé de lire des extraits de son texte écrit de mains de maître en prévision du rendez-vous. Je recommande fortement la lecture de ce bijou de texte qui contient de mon point de vue cinq lignes de force…

  • L’importance de la formation/culture générale en éducation.
  • L’importance de résoudre par la culture générale le dilemme de la complexité des enjeux de société et de la formation souvent trop spécialisée.
  • Le rappel à l’effet de réaffirmer l’importance de l’éducation comme étant la priorité des priorités pour un gouvernement.
  • Le souhait de privilégier la culture générale d’abord, bien avant les modes de production de contenus.
  • Le désir de ramener de l’enthousiasme en éducation en générale et dans l’acte de transmettre la connaissance en particulier.

N.B. Pendant que je m’appropriais la lecture du texte de M. De Koninck, j’ai eu envie de consulter quelques sources sur le sujet de la philosophie pour enfants pour améliorer les compétences en littératie et en mathématiques.

Le seconde partie du panel a permis aux participants d’échanger avec cinq invités, l’idée étant de développer le thème à l’aide d’un regard croisé.

L’ensemble des contributions ont été divisé en dix moments d’environ quatre minutes. Voici la séquence des interventions et les deux idées fortes développées par chacune de ces généreuses personnes…

  • Maryse Alcindor (1- La recherche d’un nouvel équilibre entre culture générale et spécialisation basé sur la diversification des savoirs de base conciliant les objectifs d’épanouissement individuel et de productivité collective 2- Proposition d’une «Politique de la créativité» au Québec pour transcender une vision purement instrumentale de l’éducation)
  • Nathalie Bondil (1- Un axe philosophique. Au XXIe siècle, les arts seront ce qu’ont été les sports au XXe siècle en matière de santé, réussite, émancipation et inclusion: une nécessité sociale et un terrain d’apprentissage incontournable. Les neurosiences le comprennent et l’expliquent de mieux en mieux 2- Une action de terrain. Plus qu’une discipline, les arts visuels sont un véhicule pour toutes les disciplines de l’éducation qui peuvent sensibiliser aux enjeux de l’actualité grâce à la force sémantique et plurielle de leurs images. Un exemple, le projet pilote du MBAM pour 2017 EDUCART conçu à l’échelle du Québec par les professeurs et pour les professeurs)
  • Lara Émond (1- L’importance de l’entrepreneuriat et en quoi les valeurs entrepreneuriales contribuent à la formation générale de chaque citoyen 2- L’importance d’une perspective internationale pour se doter d’une bonne formation générale)
  • Jean-Yves Fréchette (1- La diversité. L’universel se développe dans le soucis du particulier. 2- Les réseaux. La créativité de chacun et sa capacité à emprunter des chemins moins fréquentés forge la culture commune de l’ensemble)
  • Alain Trudel (1- L’apprentissage d’un instrument de musique et le succès scolaire 2- Les projets artistiques et parascolaires en tant qu’outil contre le décrochage)

Voici l’enregistrement complet des activités de notre séance de travail…

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2020 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils