La gouvernance de notre système d’éducation

Note : Ce billet s’inscrit dans la foulée de quelques-uns écrits (et à écrire) dans le cadre de la tenue de l’évènement Forum des idées pour le Québec du 25, 26 et 27 septembre 2015. Celui-ci intervient à la suite de ma contribution au panel du samedi 15h «La gouvernance de notre système d’éducation».

À ce stade de l’évènement, «un collectif de directeurs d’écoles, de directeurs de commissions scolaires, d’universitaires spécialisés en enseignement et gouvernance du système d’éducation, de gestionnaires de l’éducation, de chercheurs, de spécialistes en management et en gouvernance ont voulu faire le point sur notre système d’enseignement».

Le thème a été introduit de cette façon…

«Notre système d’éducation a connu une réforme importante au cours des vingt dernières années. Y a-t-il lieu de réformer davantage? La réponse est sans doute affirmative, mais de quelle manière? Cette plénière tentera d’apporter une réponse à cette question en l’abordant dans une perspective à long terme qui aborde non seulement ce qu’on pense ici, mais ce qui se passe ailleurs dans le monde.

Je suis l’un des signataires et je peux dire que j’ai participé activement à l’exercice d’écriture et d’animation de la démarche de construction du Manifeste sur l’ÉDUCATION au QUÉBEC qui souhaite donner «une nouvelle impulsion à la réussite scolaire».

Au moins deux articles ont traité spécifiquement du Manifeste avant la tenue du Forum lui-même :

On peut choisir «d’accueillir» les propos du manifeste sous plusieurs angles. La version «résumée» insiste sur trois des idées fortes du document :

  • Responsabiliser les écoles et les commissions scolaires. Le Ministère doit continuer à être le garant des grandes orientations, des plans d’action, des priorités et du cadre budgétaire, mais il doit laisser plus de marge de manœuvre aux écoles et aux commissions scolaires.
  • Mieux évaluer l’apprentissage des élèves et les pratiques éducatives. Trop souvent dans le passé, nous avons fait des choix et pris des décisions sans une préparation et une validation suffisantes.
  • Faire de l’éducation une priorité nationale. Pour faire de l’éducation une priorité, il ne suffit pas d’y affecter les sommes nécessaires; il faut aussi accroître l’efficience du système.

La version complète comprend les défis du système actuel, l’apprentissage de l’élève au coeur de l’action et la nécessité de faire de l’école la clé de voûte du système d’éducation. Aussi, cinq autres défis sont formellement identifiés:

  • Un développement professionnel des enseignants, des directions d’établissement et des commissions scolaires à bonifier.
  • Une formation professionnelle à faire connaître et à positionner
  • Une intégration des jeunes issus de l’immigration à parfaire
  • Une clientèle EHDAA à mieux soutenir
  • Une révolution du numérique à compléter

Puisque l’important demeure de s’approprier le contenu du manifeste et surtout d’en discuter, les prochains jours, semaines, mois détermineront l’inspiration qu’aura concrètement eu la démarche des auteurs qui ont voulu s’extraire des débats partisans pour placer l’élève au coeur de la réussite.

Il est possible de prendre connaissance de la présentation du Manifeste par l’entremise de cette vidéo…

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2020 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils