Aucune mobilisation sérieuse en vue sur le numérique

Note : Ce billet a d’abord été publié au Journal de Québec et au Journal de Montréal dans la section du blogue des «spin doctors».

Le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MESI) serait en train de nous refaire le coup de la fausse consultation sur l’économie numérique qu’il n’agirait pas autrement. Depuis l’annonce réussie du 20 mai dernier d’un processus de cocréation de la Stratégie numérique du Québec, on se disait qu’il fallait donner la chance au coureur. Maintenant que la plateforme « Objectif numérique » est lancée, on comprend que la mobilisation attendue ne se produira pas…

Un des observateurs privilégiés du processus qui a mené au Plan d’action en économie numérique avait affirmé que la méthode choisie par le gouvernement était la « meilleure manière de noyer le poisson, de passer à côté de l’essentiel ».

« Je suis certain que c’est une erreur d’y aller par secteur (économie, culture, éducation, santé) », ajoutait Sylvain Carle…

Le gouvernement ne semble pas avoir appris de ses erreurs…

Le même jour que celui choisi pour le dépôt de la feuille de route en économie numérique, on nous promettait pour le mois de juin un changement de cap « afin de doter le Québec d’une vision numérique pour l’ensemble de notre société ».

On évoquait une démarche de cocréation avec les citoyens, les entreprises et les organisations où on pourrait « commenter les propositions, échanger et voter pour les orientations » qui apparaîtraient les plus porteuses » (source).

Il y avait un certain élan le 20 mai dernier. Élan qu’on vient de perdre…

Disons qu’on avait davantage en tête ce que la France a vécu comme processus que ce qui nous est actuellement proposé.

Au dernier jour de juin (hier, en après-midi), la plateforme vient d’être mise en ligne.

Je n’ose pas qualifier ce que j’y ai vu tellement c’est en deçà de ce que nous étions en droit de nous attendre.

On nous invite à devenir « cocréateur de la Stratégie numérique du Québec » tel que prévu, mais en répondant à deux questions à choix de réponses. Il nous est aussi offert de partager nos réflexions…

Vingt-deux mois après le Forum des idées pour le Québec où on s’était entendu pour converger vers un « Plan Nerd », on nous offre pour l’été 2016 de choisir entre cinq énoncés tout-ce-qu’il-y-a-de-plus-banal et de sélectionner une, deux ou trois grandes thématiques.

Je vais éviter de parler pour les autres, mais je ne vois pas comment cet appel à tous pourrait générer un quelconque enthousiasme.

À droite de la fenêtre ouverte pour publier « une réflexion » on a laissé la trace d’un commentaire « Test » qui a généré un « j’aime ».

Rien de moins…

Je ne peux pas croire que la ministre responsable de la Stratégie numérique a approuvé tel quel le lancement de cette plateforme.

À l’annonce de la création d’un groupe-conseil et du lancement de la consultation sur l’économique en octobre 2015 j’avais écrit qu’il fallait oublier la stratégie numérique… tellement ça se présentait mal.

Là, je suis encore plus pessimiste.

On me dira que je ne suis pas objectif, que je siège sur le conseil d’administration d’un OSBL (l’Institut de gouvernance numérique) qui a fait des démarches auprès du MESI et partagé des idées sur le processus de cocréation qui pourrait être mené. Ces idées n’ayant pas été retenues, manifestement, on dira que je suis en conflit d’intérêt pour porter un jugement sur ce qui nous est présenté. Je l’accepte – «full disclosure».

Néanmoins, je ne peux pas voir ce qui a été mis en ligne et regarder passer en silence. C’est un sujet qui me tient trop à coeur.

Je ne suis ici le porte parole de personne. J’assume seul ma prise de position à l’effet que ce qui nous est présenté dans cette plateforme est tout simplement troublant.

Dans ces conditions, je ne peux pas croire à une réelle mobilisation sur les enjeux du numérique et je sonne l’alerte.

Qu’est-ce que ça va prendre au gouvernement du Québec pour qu’on prenne le sujet du numérique au sérieux ?

C’était écrit noir sur blanc que la Stratégie numérique serait « élaborée en collaboration avec les citoyens, les entreprises et les organismes, pour que chacun puisse faire entendre ses préoccupations et ses aspirations » (source). On s’en allait dans le bon sens.

Maintenant que la plateforme lancée hier est en ligne, je désespère.

Bien entendu, la période qui débute est moins propice pour les débats de fond, c’est le temps des vacances. Je vais moi aussi prendre du recul sur ce sujet pour les prochaines semaines et y revenir à la rentrée en août.

Qu’il me soit tout de même permis d’exprimer mon sentiment d’extrême déception sur la façon dont on s’y prend pour rassembler « tous les acteurs concernés afin que le Québec évolue vers une société numérique ».

Encore une occasion ratée ! Une autre.

On va s’en remettre…

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2017 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils