Dernière soirée de festivalier

Note : Ce billet a d’abord été publié au Journal de Québec et au Journal de Montréal dans la section blogue.

Et le douzième soir, ils se reposèrent. En attendant la cinquantième édition…

Heureusement, il reste encore une belle soirée devant nous, à cette quarante neuvième édition du Festival d’été de Québec.

La Ville est belle à longueur d’année, mais avec le concert des Red Hot Chili Peppers, elle avait mis ses plus beaux habits…

Il y avait un peu plus de confusion qu’à l’habitude hier soir. Manifestement, tout le monde s’était donné rendez-vous au FEQ… et avec la belle météo que nous avions, on n’avait pas toute notre tête.

Le spectacle des Red Hot semble avoir été apprécié, malgré quelques écueils avec le son et certains choix du groupe. Le peu de temps que j’ai passé sur les plaines, j’ai pu voir le chanteur Anthony Kiedis se battre avec son oreillette.

J’ai pu aussi voir une infirmerie pas mal occupée et certains médias tout mélangés.

N’étant pas un grand connaisseur de la musique des #RHCP, je ne peux juger de la performance d’hier soir, mais il demeure certain que c’était un évènement à ne pas rater.

La soirée de ce onzième et dernier jour de festival le sera tout autant.

J’ai préféré faire le tour des sites et c’était la bonne soirée pour ce faire. L’ambiance était belle… la ville se transforme quand elle grouille autant de beau monde.

L’expérience du Coeur du FEQ constitue une réussite totale avec les camions cuisines et la scène découverte. Hier soir, le spectacle de Alexe Gaudreault était de toute beauté. Même chose d’ailleurs pour le groupe Les Ogres de Barback qui se produisait à Place d’Youville.

Une partie des gens présents ont quitté cette scène en même temps que moi, après que Philippe Brach ait créé un petit malaise en essayant de se moquer du maire Labeaume, puis en enchainant avec une chanson sur la sodomie.

J’avais juste pas la tête à la vulgarité, d’autant que sur les trois tounes écoutées, les jurons pleuvaient allègrement.

En passant par le pigeonnier, j’ai vu que le party était bien pris et je suis monté jusqu’aux plaines.

En furetant un peu sur les réseaux ce matin, j’ai été fasciné par cette affiche du FEQ de 1971…


Crédit: Bibliothèque et archives Canada, 1983-18-91, via l’historienne Catherine Ferland

Le festival était de son temps.

À partir de demain, les yeux seront tournés vers l’édition #50. Très hâte de voir ce qui sera fait pour demeurer à la page…

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2017 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils