Le plus gros festival numérique francophone en Amérique du Nord

La septième édition de l’évènement le Web à Québec qui se tiendra du 4 au 7 avril prochain a dévoilé ce matin une programmation originale marquée par l’équilibre et la recherche des meilleures pratiques dans plusieurs domaines du numérique : communication et marketing, développement, design, innovation et dialogue.

Inscrit dans le cadre de la Semaine Numérique de Québec, le rassemblement d’une communauté qui ne cesse de croître atteint cette année de très hauts standards de qualité…

La métaphore de la licorne a été utilisée par le directeur général de Québec Numérique lors de la conférence de presse à l’Espace Dalhousie (Terminal du Port de Québec) pour démontrer le caractère fantastique et surprenant du rassemblement qui comporte des racines jusqu’en Afrique, en Belgique, et en France.

Pierre-Luc Lachance n’a pas hésité a revêtir le costume de circonstance «pour illustrer l’importance de Québec dans le monde numérique» (source).

Sans trop se prendre au sérieux, les organisateurs ont concocté une programmation digne des prestigieuses conférences à travers l’Amérique.

Avec Mitch Joel et Brian Solis en têtes d’affiche, en plus des classes de maître, on peut dire qu’on ne s’ennuiera pas.

Parmi les autres moments forts des trois journées d’activités, il ne faudra pas manquer la prestation de Nellie Brière sur l’importance des algorithmes, celle de Marc Blanchet sur l’apprentissage de la programmation à l’école ou encore la présentation de Thérèse Laferrière portant sur l’avenir des petites écoles à l’ère du numérique.

J’aurai aussi le privilège d’intervenir sur le futur de l’école dans la foulée du projet FuturEduc dont les résultats viennent d’être dévoilés.

Un volet WAQ junior s’ajoute les 8 et 9 avril 2017 pour «introduire le code, le design et les notions de création de contenu du Web auprès des jeunes âgés de 8 à 14 ans».

Les professionnels du gouvernement sont invités à parfaire leurs connaissances à l’intérieur de ce festival numérique de plus en plus populaire.

Le premier évènement avait été créé sans prétention par les artisans de l’industrie du numérique de Québec dans un esprit de coopétition et la croissance ne s’est jamais démentie…

Dans ce contexte, l’étiquette «emmerdeurs» en avant de la parade s’applique au groupe de professionnels du numérique qui mettent à contribution ce qu’ils ont de mieux à offrir pour continuer d’insuffler du dynamisme à ce secteur de l’économie régionale qui «procure des emplois à plus de 2 000 personnes».

Longue vie au WAQ qui est devenu au fil du temps le plus gros festival numérique francophone en Amérique du Nord!

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2017 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils