Ma rentrée politique…

Une sorte de décompte nous mènera à des élections générales au Québec dans moins d’un an. À la même date qu’aujourd’hui, en 2018, la Loi sur les élections à date fixe devrait nous lancer officiellement en campagne électorale. Mais rien n’est assuré puisque le gouvernement voudra conserver le contrôle de l’agenda politique. Il se pourrait que nous soyons en élections générales bien avant dans un an…

Si on ne se fiait que sur les efforts actuels du gouvernement Couillard à mettre en valeur ses bons coups, on pourrait croire que la dissolution du parlement va survenir bientôt. Les mois de juillet et août ne sont pas propices pour les annonces puisque les citoyens ont la tête ailleurs, mais le PLQ a travaillé fort cet été pour « ouvrir » une fenêtre électorale. Les résultats du sondage publié ce matin ne lui permettraient probablement pas d’entrer par cette fenêtre en période électorale en profitant d’un avantage.

Tout cela pour dire qu’il lui faudra bien se résoudre à déclencher la partielle dans Louis-Hébert. D’ailleurs, on s’attendait à ce que le décret gouvernemental engageant l’élection partielle ait été publié mercredi dernier, mais ça ne saurait tarder.

En ce moment, le gouvernement souhaiterait faire oublier le mauvais départ du candidat qu’il a présenté aux électeurs, qu’il n’agirait pas autrement. Bien-sûr, il a jusqu’à la fin d’octobre pour lancer la partielle, mais normalement au PLQ, le décret pour une partielle est publié quelques jours après l’annonce de son candidat. Officialisée le 15 août dernier, la candidature de Éric Tétrault annoncée dans la controverse semble avoir gelé le calendrier électoral.

Bizarre…

Pendant ce temps-là à la Coalition avenir Québec, nous avons présenté notre candidat dans Louis-Hébert, Normand Sauvageau.

Rétropublication de 17h, le mercredi 6 septembre 2017
Le candidat caquiste, Normand Sauvageau, tient à faire la déclaration suivante:

« Je tiens à informer les électeurs de Louis-Hébert que, d’un commun accord avec M. François Legault, je retire officiellement ma candidature en vue de l’élection partielle du 2 octobre prochain.

J’ai reçu ce matin l’appel d’un journaliste au sujet des circonstances entourant mon départ prématuré à la retraite en 2016. J’ai réalisé ensuite à quel point il est essentiel pour un candidat dans une élection de faire preuve de la plus grande transparence.

Il y a plus d’un an, j’ai pris ma retraite après 39 ans de carrière, dans des circonstances difficiles sur le plan des relations de travail. Au moment de poser ma candidature, j’ai omis d’informer les responsables de la Coalition Avenir Québec de faits importants entourant mon départ.

Aujourd’hui, je réalise à quel point c’était une erreur. J’aurais dû informer la CAQ de ces événements d’entrée de jeu, plutôt que d’y être contraint par l’appel du journaliste. J’ai décidé de me lancer en politique pour représenter le mieux possible les électeurs de Louis-Hébert et non pour devenir une distraction par rapport aux enjeux importants qui les concernent.

Par respect pour les électeurs de Louis-Hébert, les militants et bénévoles de la CAQ, mon ancien employeur et mes ex-collègues, la meilleure décision était donc de me retirer. »

Veuillez noter que M. Sauvageau n’effectuera aucun autre commentaire à ce sujet.

Article au Journal de Québec de Marc-André Gagnon.

Message Twitter de François Legault:


Mise à jour du 10 septembre: Dans Louis-Hébert, « Geneviève Guilbault veut aider les familles et diminuer le trafic ».

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2017 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils