En précampagne

Les dernières semaines ont été consacrées à la précampagne électorale. Dans un contexte d’élection générale à date fixe, les échéances sont connues et il est d’autant plus facile de voir venir les évènements et de s’y préparer. Ce n’est pas une période très flamboyante du point de vue de la visibilité, mais la qualité de ce travail aura d’énormes répercussions sur la suite.

S’organiser pour mieux faire campagne
Plus le temps avance, plus la pondération du temps mis à me préparer se situe sur le plan local, dans Vanier-Les Rivières. Au moment du déclenchement, 100% des énergies sera consacrée à la rencontre des électeurs de Duberger, Les Saules, Neufchâtel Est, Lebourgneuf et Vanier, mais d’ici là, je quitte doucement mes responsabilités professionnelles chez Mario tout de go Inc. et dans les conseils d’administration qui m’ont fait l’honneur de solliciter mon expertise. Ma responsabilité de Vice-président Est-du-Québec est elle également de moins en moins prenante.

Bien que je sois encore preneur pour ce qui est de l’arrivée de nouveaux bénévoles, je peux dire que l’équipe est complète. Les principales responsabilités sont distribuées, chacun sait de mieux en mieux ce qui l’attend et mon principal défi à ce moment-ci est de laisser toute la place au leadership de mon directeur de l’organisation de campagne et de son adjoint. Je sais avec l’expérience du passé qu’il est important que je me laisse « organiser» par ceux en qui j’ai placé ma confiance la plus totale.

Je suis privilégié de pouvoir compter sur autant d’expertises et d’expérience autour de moi, dans Vanier-Les Rivières et sur le plan national!

Je me consacrerai donc sous peu à part entière à faire campagne et cela implique de mener à bien mon rôle de porte-parole du parti et d’être à l’écoute des questionnements qui me sont acheminés.

Puisque nous sommes en précampagne, je prends à témoin cette conversation Facebook qui me sert d’entraînement, en quelque sorte.

Un candidat d’une autre formation politique dans un autre comté que celui qui va m’occuper à temps plein, publie d’abord un statut Facebook que je n’avais pas repéré. Une électrice de Vanier-Les Rivières qui connaît ma propension à l’échange constructif m’invite à mettre mon grain de sel dans la conversation.

Je reproduis ici la réponse intégrale publiée ce matin, qui pourrait intéresser les personnes qui se posent le même genre de question au sujet de l’implantation de notre programme de maternelle 4 ans non obligatoire, universelle et gratuite :

« Je vous reviens, telle qu’entendu. D’abord précisons que notre engagement sur la mise en place d’un système de maternelle 4 ans non obligatoire, universelle et gratuite se situe sur l’échéance d’un premier mandat d’un éventuel gouvernement formé par la Coalition avenir Québec. Les budgets pour ce faire seront intégrés dans le cadre financier qui sera présenté à l’occasion de la campagne électorale qui s’annonce excitante. Il faudra distinguer les sommes allouées aux immobilisations (construction de nouvelles classes / écoles et entretien des bâtiments existants) de celles prévues pour les opérations. Il y a du rattrapage à faire dans les immobilisations, nous en convenons. Prévoir les sommes d’argent nécessaires pour réaliser ce programme est avant tout une question de choix budgétaires et notre cadre financier indiquera la nature de ces choix.

Sur le sujet de la «pénurie de professeur.es formé.es», il convient de préciser que nous avons récemment déposé un important document, un «plan de valorisation de la profession enseignante» qui témoigne que nous prenons cette problématique très au sérieux. De nombreux enseignant(e)s formé(e)s ne «pratiquent pas» en classe pour toutes sortes de raisons qui appartiennent au contexte actuel en grande partie créé par 15 ans d’inertie des gouvernements libéraux qui se sont succédés. Nous comptons agir à court terme, autant pour attirer de nouveaux candidats que pour favoriser la réintégration de ceux / celles qui auraient récemment quitté(e)s, après avoir été formé(e)s. Voici les cinq idées fortes qui nous guident :
– Reconnaître le statut d’expert des enseignant(e)s
– Créer des possibilités d’avancement : des postes experts et émérites
– Augmenter le salaire à l’entrée de la profession
– Resserrer les critères à l’entrée de la formation
– Limiter le nombre d’élèves à besoins particuliers par classe

La lecture du plan précise chacune de ces idées fortes. S’il le faut, nous sommes prêts à bonifier la formation de certain(s)s technicien(s) en service de garde pour palier à un éventuel manque. Il faut voir (je l’ai souvent constaté dans ma pratique) que l’enseignement en maternelle 4 ans est attrayant pour un professionnel. Nous promettons des efforts sincères pour que TOUTES les ressources soient au rendez-vous pour connaître un succès avec notre programme des maternelles 4 ans. Nous croyons aux services de garde et c’est en additionnant par ce programme des maternelles 4 ans que nous allons augmenter la réussite scolaire de tous les appétits d’apprendre. Dans la foulée des propos du professeurs Égide Royer et de nombreux autres spécialistes, notre programme est respectueux des données probantes sur ce sujet.

Je vous convie au dévoilement de notre cadre financier pour les autres éléments de réponse. Bonne campagne à vous et au plaisir de poursuivre ces échanges, initiés par le ton de votre statut Facebook.

Je n’hésiterai pas à reproduire ici d’autres échanges qui pourraient s’avérer utiles pour la suite des évènements, histoire d’en conserver la trace, comme c’est mon habitude depuis que je tiens pignon sur Web.

Pour le moment, je suis en «rodage précampagne» 😉

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2018 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils