LeWeb3 : l’heure des bilans

La conférence de deux jours a rassemblé plus de mille personnes et a connu un rayonnement médiatique hors de l’ordinaire. La blogosphère en tremble encore… Aujourd’hui mercredi, chacun tourne la page et continue son parcours. Le mien m’apportera beaucoup d’action sur un autre continent (Afrique), mais je m’en voudrais de ne pas ramasser quelques idées au terme de ces moments très intenses où je n’aurais pas voulu être ailleurs.
D’abord un mot à propos du personnage fascinant qu’est Loic Le Meur. Les participants anglophones cassent beaucoup de sucre sur son dos parce que deux politiciens se sont insérés dans le programme. On peut entretenir d’énormes réserves sur l’à-propos de cette décision, mais force est d’admettre que la prestation des deux candidats présidentiels a révélé tout le chemin qui reste à parcourir avant que les enjeux du Web soient vraiment compris des politiques et se manifestent dans les usages appropriés. Sarko n’a pas respecté le ton de la manifestation LeWeb3 et il a fait mal paraître son allié blogueur. J’ai ma propre théorie sur ce qui s’est passé en amont; une opinion en vaut une autre…
L’allocution de Nicolas Sarkozy n’est pas une affaire de dernière minute. Elle était dans ses cartons depuis quelque temps. Peu de temps avant le début de la conférence, l’équipe de Sarko a communiqué avec Loïc et lui a probablement demandé de faire de la place à son candidat à l’intérieur du programme parce qu’un capital politique était en vue. Quelle tribune idéale qu’un parquet de «geeks du Web» pour se faire valoir. Le courriel envoyé aux trois candidats s’imposait pour ne prêter flanc à aucun favoritisme… Je ne crois pas que la présence de Shimon Peres soit en lien avec ces événements, mais elle cadrait bien avec le fait de devoir adapter le programme. Bref, la mise en scène était bonne sauf que la conversation n’était pas au rendez-vous. Est-ce que Loic a eu la possibilité de prévenir l’entourage de Sarko que ça ne passerait pas cette histoire de «hit and run»? Je ne sais pas. Est-ce qu’il a pu les sensibiliser à la réaction négative potentielle des blogueurs face à cette façon de prendre en otage une audience allergique à ce genre de procédé? A-t-il vu venir le coup? Ces questions demeurent pour l’instant sans réponse, mais on saura peut-être le fond de l’histoire dans les prochaines heures ou les prochains jours.
Il s’est passé de bien belles choses en dehors de ces événements qui ont pris toute la place dans les dernières heures. Hier, nous avons eu droit à un exposé très énergique de David Weinberger sur le sujet de l’apport du phénomène blogue à la démocratie. Il n’a pas été très tendre envers certains sites Web de média traditionnel. Je suggère d’écouter cette entrevue réalisée par Nicole Simon pour en savoir davantage sur les idées du co-auteur du «Cluetrain Manifesto». Les autres faits saillants de la journée sont le passage en coup de vent de Mena Trott qui n’avait rien de bien spécial à dire, les interventions de Thierry Crouzet qui parle un anglais très français et le panel sur la Chine avec les réparties intéressantes de Bo Y. Shao.
Au terme de ce rassemblement, ce sont les personnes rencontrées qui me restent le plus en mémoire. Mon tête à tête avec Michel Leblanc, ma promenade avec Anne Dominique et Stephanie où je les ai induites en erreur sur le chemin à suivre, ma journée avec Xavier et Nadia de «Place de la démocratie» et les quelques petites jasettes avec Laurent et Gilles. J’ai aimé l’allocution de danah boyd avec qui j’aurais aimé échanger.
Un dernier mot sur ma présentation. J’ai trop investi dans le contenu, pas assez dans le contenant. Je suis très heureux d’avoir pu rassembler ces idées, mais j’aurais eu avantage à ne pas lire un texte devant les participants. Je me suis méfié de ma capacité à livrer une présentation de qualité en anglais et je n’aurais pas dû. Le lendemain, je me suis présenté devant une salle pleine pour poser une question à François Bayrou et je suis passé du français à l’anglais sans aucune gêne. D’ailleurs, cette question (et la réponse décevante) a beaucoup capté l’attention des gens qui m’ont eu l’air d’apprécier; finalement, mon texte servira davantage puisqu’il n’y avait plus que deux/trois cents personnes au moment de ma prestation.
L’événement LeWeb3 est un succès en ce qui me concerne. Polémique, social, festif et fascinant sont les mots qui me viennent au lendemain de ces deux jours où l’adrénaline a été dans le tapis.

Tags:
3 Commentaires
  1. Photo du profil de Antoine
    Antoine 11 années Il y a

    Mario Asselin lors de la conférence LeWeb3 est intervenu sur l’éducation 2.0. Je souhaiterais rebondir sur quelques phrases :
    « Il faut accepter que 100% du savoir ne transitent pas par l’enseignant. Il faut accepter la posture de celui qui n’a pas le monopole des connaissances. »
    Je suis tout à fait d’accord. Dans un monde en plein évolution, où tout bouge très vite, les enseignants ne peuvent plus tout savoir. L’exemple du nombre de planètes du système solaire en est un exemple. Les livres ne suivent pas aussi vite qu’Internet les évolutions du savoir. La vie, c’est le mouvement. Nous passons notre vie à apprendre. Ce que nous avons appris à l’école, une bonne partie n’est plus vraie aujourd’hui. C’est pourquoi les enseignants doivent avoir un nouveau rôle.
    « Je dirais tout au plus qu’un changement de paradigme remet le compteur à zéro, en ce sens que tout enseignant a maintenant le devoir d’ajouter les stratégies plus ouvertes à celles qu’il privilégiait et se centrer sur ce qui fait apprendre plutôt que demeurer centrer sur son enseignement. »
    Apprendre à apprendre. Voilà le rôle que doit avoir tout enseignant aujourd’hui. L’éducateur scolaire doit être là pour accompagner dans l’éducation, la construction de la curiosité et de l’esprit critique. Bien entendu, il doit enseigner les bases : savoir écrire, lire, compter mais aussi parler et dans plusieurs langues. Ensuite, il doit apprendre les élèves à s’informer : apprendre à se poser des questions, à chercher les réponses, à prendre du recul sur les réponses trouvées mais aussi les dangers de la recherche. Il doit accompagner l’apprenant à construire son opinion en partageant et en débattant. Je pense que nous apprenons par les autres et les nouvelles technologies sont un formidable outil pour l’éducation. Encore faut-il se remettre en question sur ce sujet.
    Merci Mario pour ce partage.

  2. Photo du profil de Marietti
    Marietti 11 années Il y a

    Par contre moi je l’avais prédit, je m’en doutais, c’était sur !! mais bon je crois qu’on pas lui enlever son web 3, c’est une idée super, les invités d’une grande qualité….

  3. Photo du profil de NatachaQS
    NatachaQS 11 années Il y a

    Ceci est un rétrolien manuel, il y a un vidéo-podcast de Mario Asselin à Web3 ici :
    http://www.memoire-vive.org/archives/001282.php

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2017 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils