Les filtres Internet

J’écris beaucoup depuis deux semaines. On me demande des textes qui seront publiés en mai, pour la plupart. La Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement m’en a commandé un qui porte sur les apprentissages par les nouvelles technologies de l’information et des communications. J’en ai écrit un autre pour un dossier aux Cahiers-pédagogiques qui devrait porter sur «l’école et le web 2.0». Mon texte porte le titre «Les apprentissages sont-ils toujours au rendez-vous?» dans ce contexte où on postule qu’Internet forme et que l’éducation se transforme. Dans ce même dossier, j’ai participé à un exercice d’écriture à plusieurs mains (nous devons bien être plus d’une douzaine d’auteurs) où il est question de l’utilité du Web 2.0 pour les enseignants…
Aussi, un étudiant finissant en journalisme au Cégep de Jonquière m’a contacté au début du mois d’avril pour un article sur les effets du multitâche en cette ère numérique. J’ai lu son texte et je lui ai proposé de le publier ici, sur ce blogue. Ça devrait venir sous peu.
Enfin, j’ai accepté l’invitation de Normand Bailllargeon à participer au prochain numéro de la revue À Bâbord où il sera question, entre autres, des promesses et périls du monde numérique. M. Baillargeon s’occupe des périls et je me suis concentré sur les promesses; nos textes ne se répondent pas nécessairement, l’un et l’autre…
Paradoxalement, le dernier en liste que j’ai écrit en fin de semaine vient de paraître au Café Pédagogique, «Et si les filtres Internet dans les écoles envoyaient le mauvais signal ?» Un extrait:

«Il faut se demander si l’installation de ces filtres est un geste responsable de la part de ceux qui dirigent l’école. En créant à l’intérieur des murs d’un lycée ou d’un collège un milieu différent de celui dans lequel un adolescent évolue, on lui lance le défi d’apprendre à contourner ces barrières en plus de lui exprimer jusqu’à quel point on ne lui fait pas confiance dans sa capacité de discernement. De plus, on le laisse apprendre seul, souvent sans l’encadrement approprié, les clés de lecture qui pourraient lui être utiles pour composer avec les pièges que contient La Toile et pour discerner le vrai du faux, l’utile du potin et le savoir de l’opinion.»

Pas vraiment de surprise pour ceux qui lisent ce blogue régulièrement puisque le ton de l’article se rapproche de mon propos habituel sur ces questions de filtres Internet plutôt inutiles qu’efficaces. La publication samedi dernier au Soleil de Québec d’un article sur ce sujet a probablement inspiré mon copain François Jarraud du Café qui m’a contacté ce dimanche. Le texte de celle qui «couvre» l’éducation avec beaucoup d’acuité et de persévérance depuis quelques mois (Daphnée Dion-Viens) s’intitule «Internet à l’école: les sites interdits au coeur des débats». Je profite de toutes les occasions qui passent pour amener à l’avant-plan ce débat entre la censure ou l’éducation face à Internet dans les écoles. Je remercie tous ceux qui contribuent à porter ces discussions là où se prennent les décisions du blocage par les filtres Internet.

Je m’en voudrais de terminer ce billet sans relayer des textes d’étudiants qui bloguent vigoureusement dans leur école secondaire, dont celui de Frédéric Paris qui n’a pas choisi le plus facile des sujets pour un texte argumentatif… la loi 94 (balises encadrant les demandes d’accommodement dans l’Administration gouvernementale et dans certains établissements). Qui a dit que les jeunes ne s’intéressent qu’aux sujets faciles ?

N.B. En octobre 2009, Bruno Devauchelle faisait écho à l’un de mes billets sur le sujet et c’est toujours pertinent de le relire. Aussi, un article chez Thot traite de l’étude Fréquence Ecoles que je mentionne dans mon article au Café Pédagogique; à lire… «Les jeunes et Internet : de quoi avons-nous peur ?»

Mise à jour du 5 mai: Réflexion de Martin Bélanger, sur le même sujet: «Filtrer le Web, quelle bêtise !»

Mise à jour du 6 février 2011: Nadia Seraiocco anime une chronique à l’émission de Mario Dumont (V-télé). Le 2 février dernier, elle portait sur le sujet des amitiés Facebook profs-élèves, à savoir si on «devait les tolérer?» On peut visionner le segment sur le site de l’émission «Dumont» et en lire davantage sur son blogue, «Les médias sociaux à l’école : interdire ou éduquer?».

Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2019 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils