Conversation sur l’autonomie des écoles…

Les gens qui m’entourent de près savent que le dimanche matin, l’atmosphère de la maisonnée est un doux mélange de repos, de musique et de politique. Tout ça culmine avec la syntonisation aux Coulisses du Pouvoir de Radio-Canada…

Ce matin ne faisait pas exception, mais il s’est ajouté une conversation Twitter dont j’aimerais gardé la trace. «En vedette», Jacques Tondreau (conseiller dans une centrale syndicale), Marc St-Pierre (cadre dans une commission scolaire) et Sébastien Stasse (directeur d’une école privée); une autre personne a participé en fin de discussion, mais je ne peux réellement savoir de qui il est question.
Internet est parfois le lieu de vraies belles discussions…

1- Marc St-Pierre : Oui, je sais que je suis seul à en parler et je me demande pourquoi un black out, «Décrochage scolaire: les taux les plus bas en 25 ans, et on n’en parle pas ? Alors, je le ferai.»
2- Jacques Tondreau : @explicitement Je crois que certains partagent votre point de vue, mais le disent différemment, blogue de Réjean Parent.
3- Jacques Tondreau : @explicitement Et je suis tout à fait d’accord avec votre point de vue sur cette question du décrochage scolaire.
4- Marc St-Pierre : @JacquesTondreau Nous sommes deux fois plus nombreux que je le pensais. J’ai aimé aussi la position CSQ: premiers apprentissages en lecture.
5- Mario Asselin : Des précisions sur la modulation des augmentations de salaire proposées par la #CAQ aux profs en fin d’article «Legault: l’appui d’une majorité des enseignants?».
6- Marc St-Pierre : @MarioAsselin On donne déjà un forfaitaire de 2500$/année aux directions oeuvrant en milieu défavorisé. Forfaitaire pour profs=plus simple!
7- Mario Asselin : @JacquesTondreau @explicitement Cette diversité de points de vue nous aide à avancer. Cela dit, il y a encore beaucoup trop de décrocheurs.
8- Jacques Tondreau : @MarioAsselin: @explicitement Oui, il y a encore bcp de décrocheurs, mais il s’agit ici de sortir du discours dénigrant sur l’école publique.
9- Mario Asselin : @JacquesTondreau Je suis à 100% d’accord pour en sortir… Des écoles publiques devenues plus autonomes y contribuera… cc @explicitement
10- Jacques Tondreau : @MarioAsselin De quelle autonomie parlons-nous? Celle qui donne plus de pouvoirs au personnel ou celle qui donne plus de contrôle aux directions ?
11- Mario Asselin : @JacquesTondreau L’école autonome, c’est plus de pouvoirs aux gens proches de l’action, selon leur niveau de responsabilités… #CAQ
12- Mario Asselin : @JacquesTondreau Alors, plus de pouvoirs au personnel dans l’exercice de leurs responsabilités et plus de pouvoirs aux directions en gestion.
13- Jacques Tondreau : @MarioAsselin Depuis 1997, les directions ont obtenu beaucoup plus de responsabilités et de nouveaux pouvoirs. Qu’en ont-elles fait ? #CAQ
14- Mario Asselin : @JacquesTondreau Des simulacres de pouvoirs; toujours pas en mesure d’engager leurs personnels et de stabiliser l’équipe-école, par exemple #CAQ
15- Jacques Tondreau : @MarioAsselin. Je ne crois pas qu’on puisse stabiliser des équipes-écoles en ayant le dernier mot sur l’embauche du personnel: c’est plus complexe que ça.
16- Mario Asselin: @JacquesTondreau Pourtant au privé, c’est la raison première expliquant qu’on y arrive souvent !
17- Sébastien Stasse : @JacquesTondreau @MarioAsselin Je crois aussi que le fait de choisir son personnel est un élément important.
18- Sébastien Stasse : @JacquesTondreau @MarioAsselin Reste que l’autonomie des écoles (privées et publiques) doit inclure un engagement pour les élèves en difficulté.
19- Mario Asselin : +1 MT @sstasse: L’autonomie des écoles (privées et publiques) doit inclure un engagement pour les élèves en difficulté [«intégrables»].
20- Sébastien Stasse : @JacquesTondreau @MarioAsselin ça n’est pas le cas au privé actuellement et ce n’est pas acceptable.
21- Jacques Tondreau : @sstasse @MarioAsselin En effet, avant de parler d’autonomie, il sera bon de régler la question de l’intégration des élèves en difficulté au privé.
22- Mario Asselin : @JacquesTondreau Pourquoi avant ? cc @sstasse
23- Jacques Tondreau : @MarioAsselin Simple question de priorité. cc @sstasse
24- Jacques Tondreau : @MarioAsselin Comme l’autonomie des écoles privées est déjà acquise, qu’attendent-elles pour passer à l’action dans le dossier de l’intégration ?
25- Mario Asselin : @JacquesTondreau Je suis prêt à faire mienne ta question Jacques… Je crois que l’école publique autonome va leur mettre de la pression…
26- Jacques Tondreau : @MarioAsselin Tu es bon joueur Mario. Je m’arrête là pour aller profiter de ce beau soleil avec ma compagne. Bonne journée.
27- Mario Asselin : @JacquesTondreau Bonne journée à toi aussi. Merci pour l’échange.
28- Jay_QC Jay : @MarioAsselin @sstasse qui donc n’est pas « intégrable »? Des coupures auront-elles des conséquences sur qui et qui n’est pas « intégrable »?
29- Mario Asselin : @Jay_QC Je ne peux pas spéculer côté «coupures», mais je peux affirmer que ce ne serait pas souhaitable, «des conséquences» 1/2 cc.@sstasse
30- Mario Asselin : @Jay_QC Admettons que nous sommes allés trop loin avec l’intégration «parfois sauvage» dans les dernières années… 2/2 cc @sstasse
31- Sébastien Stasse : @Jay_QC @marioasselin Au delà du qui et du comment, il faut que chaque établissement fasse sa part auprès des élèves en difficulté.
Et en aparté…
32- Jacques Tondreau : 1/3 – Taux de décrochage au Québec, 2008-2009: milieu défavorisé (IMSE 10) = 31,1%; milieu favorisé (IMSE 1) = 12,1%
33- Jacques Tondreau : 2/3 – Taux de décrochage au Québec, 2008-2009: garçons milieu défavorisé (IMSE 10) = 35,9%; garçons milieu favorisé (IMSE 1) = 15,6%
34- Jacques Tondreau : 3/3 – Taux de décrochage au Québec, 2008-2009: filles milieu défavorisé (IMSE 10) = 26,1%; filles milieu favorisé (IMSE 1) = 8,7%

On reprend ça quand vous voulez les copains…

Ajout, plus tard en journée…
35- David D’Arrisso (Doctorant en administration de l’éducation) : Avec 2000 postes supprimés dans les CS, les directions vont trouver le temps d’évaluer les enseignants? #penséemagique «Legault: l’appui d’une majorité des enseignants?».
36- Mario Asselin: @daviddarrisso Avec l’aide d’un Ordre professionnel, je réponds «oui», les directions vont avoir le temps d’évaluer les enseignants #CAQ
37- David D’Arrisso : @MarioAsselin Pas encore entendu cela de la bouche de votre « chef ». Il n’y a rien là-dessus dans l’article. Ça va venir avec le parti? ;-p
38- Mario Asselin : @daviddarrisso Disons que je travaille «mon chef» au corps… 😉
39- David D’Arrisso : @MarioAsselin Et l’évaluation? C’est le futur Ordre ou les directions qui s’en occupe? Parce que ce n’est pas très clair là…
40- Mario Asselin : @daviddarrisso Je propose que le dernier mot revienne à la direction, mais que l’Ordre y participe et ajoute à l’objectivité de la démarche!
41- David D’Arrisso : @MarioAsselin Je crains qu’on se départisse d’une expertise dans les CS que les écoles vont devoir racheter au gros prix dans le privé.
42- Mario Asselin : @daviddarrisso D’où la pertinence de l’Ordre sur ce sujet. Remarque que l’expertise des C.S. en cette matière n’a pas vraiment été démontrée
43- David D’Arrisso : @MarioAsselin Le dernier commentaires était d’ordre plus général et ne concernait pas que l’évaluation.
44- David D’Arrisso : @MarioAsselin J’ai encore beaucoup de doutes vis-à-vis la formule « coop » de services…
45- Mario Asselin : @daviddarrisso OK, je comprends… [mieux ce que vous vouliez dire, alors]

Mise à jour du 11 octobre 2011 : Une proposition plus concrète de différentes catégories d’évaluation des enseignantes et des enseignants qui seraient effectuées, de façon complémentaire, par la direction de l’établissement scolaire ainsi que par un Ordre professionnelle des enseignantes et des enseignants dans ce billet, « L’évaluation des enseignants ».

Tags:
15 Commentaires
  1. Photo du profil de LucPapineau
    LucPapineau 6 années Il y a

    J’aimerais savoir comment on peut économiser autant en coupant dans les CS. On va couper quoi? qui? combien? Où sont les analyses, les études? Pour l’instant, ce sont des chiffres en l’air?

    Dans un livre que j’ai co-écrit, je mentionnais qu’à tous les 15 ans, on inflige une nouvelle mode aux écoles juste au moment où celles-ci commencent à sortir la tête de l’eau. La CAQ semble être la nouvelle mode et les analogies avec la précédente sont frappantes. Aucune analyse, aucune étude. Des convictions et de la pensée magique. Et voilà qu’on repart à discuter sur des structures, des réformes au lieu de travailler à partir de ce qui existe déjà.

  2. Photo du profil de Mario Asselin
    Mario Asselin 6 années Il y a

    Luc, la Fédération des établissements d’enseignement privés (FEEP) regroupe plus de 170 écoles qui paient chacune une cotisation de autour de 12$ par élèves à même leurs revenus autonomes (c’est le montant qui existait quand j’ai quitté la direction de mon école et il y avait autour de 110 000 élèves au privé) pour s’administrer et rendre des services. C’est une sorte de coop qui rend des services de base aux écoles et qui en vend aussi d’autres, à la carte. C’est un modèle qui a fait ses preuves et qui doit inspirer les changements proposés.

    Je sais que les 170 écoles ne servent pas bien les élèves en difficultés malgré les 26 écoles pensionnaires et les 11 écoles spécialisées en adaptation scolaire qui font plus que leur part, mais ce modèle est bien plus crédible que n’importe quelle étude à mes yeux parce qu’il marche et donne de très bons résultats, depuis longtemps.

    La FEEP ne coûte rien au MELS. Ce sont les écoles qui la financent.
    À la Coalition, on ne propose pas de couper DANS les CS, on propose de couper LES CS. On prend le budget de 560 millions et on repart avec la moitié pour donner des services à des écoles dans une toute autre philosophie. On décide d’allouer 280 millions pour donner des services qui au privé ne coûtent RIEN au MELS (rien de plus que les montants de base remis directement aux écoles).

    Dans le pire des scénarios, on a 280 millions pour donner des services aux écoles que la FEEP ne donnerait pas actuellement (dont ceux aux élèves en difficultés). On ne demanderait pas aux écoles une cotisation, bien évidemment. Pour donner le même genre de services qu’au privé à toutes les écoles publiques, on peut se baser sur le montant de la cotisation au privé (12$/élève)… On arriverait à 12 millions de $$ puisqu’il y a moins de un million d’élèves dans les écoles publiques au Québec. On a donc une marge de manoeuvre, avec nos 280 millions : 268 millions.

    On pourrait argumenter que au privé l’argent est dans les écoles, mais si on additionne la subvention venant du MELS (60% de la subvention d’un élève au public) et la contribution des parents, on est encore en bas du prix de revient d’un élève au public.

    Ce n’est sûrement pas parfait comme PREUVE que les «économies» seraient au rendez-vous pour des services équivalents, mais en ce qui me concerne (je ne suis pas seul à avoir en tête ces chiffres issus du modèle du privé), il est faux de prétendre que ce serait «la pensée magique» qui motiverait un homme comme moi à me rallier aux propositions de la CAQ.

    On peut porter un jugement sur ces arguments, on peut dire que c’est «discutable», pas de problème… mais dire que ça ne repose sur RIEN ou qu’il s’agirait d’une «nouvelle mode» ?

    « Come on… »

    Est-ce qu’il existe des études à la base des propositions de la #CAQ ? Je ne sais pas et je veux bien questionner mes copains de la Coalition.

    En attendant, je suis confiant, personnellement, de pouvoir composer avec 280 millions pour donner de bons services aux écoles devenues autonomes.

    N.B. N’oublions pas les argents liés à la taxe scolaire que la CAQ prévoit transférer aux municipalités et qui deviennent disponibles pour la gestion des bâtiments. L’argent réservé au MELS pour la construction/rénovation des écoles est encore là, en dehors des 580 millions actuels, alors qu’au privé, ces argents viennent des revenus autonomes et de quelques fondations liées aux écoles, quand il y en a.

  3. Photo du profil de DavidD'Arrisso
    DavidD'Arrisso 6 années Il y a

    Cher Mario, tu oublies un élément fort important dans ton exemple « empirique » avec la FEEP: les CS se doivent d’offrir des services éducatifs sur tout le territoire québécois. Les écoles privées se concentrent dans les centres urbains et n’ont pas, pour la plupart, à assumer cette « prime » d’occupation du territoire. Cela vient, à mon avis, complètement chambouler tes calculs.

    Qui plus est, ta comparaison cache le fait que les écoles privées, malgré l’appui de la FEEP, présentent d’énormes disparités au plan des services qu’elles offrent à leurs élèves, particulièrement au plan des services complémentaires. De plus, les écoles privées peuvent toujours se tourner vers la poche des parents quand leur offre de services (ou celle de la FEEP) n’est pas adéquate. Cette situation pourrait-elle être tolérée au public?

    Et la taxe scolaire qui va vers les municipalités… j’en ai des frissons connaissant la situation budgétaires des municipalités québécoises. En effet, qui me dit que cet argent ira vraiment vers les écoles et non pas pour la voirie, les aqueducs, les égouts et tout ce pourquoi les municipalités ont terriblement besoin d’argent présentement?

    Finalement, en matière de chiffre en l’air je suis désolé mais la CAQ ne s’aide pas… C’est encore le cas aujourd’hui (ou hier?) où on pouvait lire que Legault mentionnait qu’il y avait 5% d’enseignants incompétents dans le système… 5%, « come on », ça vient d’où ça? J’aimerais avoir ces données parce que moi je ne les ai pas, et pourtant je connais assez bien les sources disponibles. Ça fait de la bonne presse (notamment chez QMI) et de la bonne TV, mais peut-on gérer un système éducatif de cette manière?

    Je suis pour une transformation des CS en vue d’améliorer les services directs aux élèves et l’appui aux enseignants, mais je doute que ce que propose présentement la CAQ amène les changements nécessaires. Je sais qu’il y a beaucoup de réflexion à venir, et que les propositions se préciseront. Mais je note également qu’il y a une différence entre le discours que tu tiens, qui en est un d’ouverture et de questionnement, et celui que tient la Coalition, beaucoup plus marqué de certitudes et de solutions simples, et ça, ça m’inquiète. Mais bon j’imagines que la realpolitik a ses exigences que d’autres peuvent se permettre d’évacuer.

  4. Photo du profil de LucPapineau
    LucPapineau 6 années Il y a

    On jase.

    Je vous laisse aller vérifier s’il y a des études ou des analyses avant de revenir sur l’aspect financier.

    Un autre aspect, tiens: les commissions scolaires, on peut abolir ça sans problème constitutionnel? Même les commissions scolaires anglophones?

  5. Photo du profil de Mario Asselin
    Mario Asselin 6 années Il y a

    David… j’oublie PLEIN d’éléments, je m’en doute bien. Des éléments très importants ? Pas si certain de ça…

    J’ai choisi de réfléchir tout haut avec vous pour démontrer que je ne pars pas de rien.

    Combien y a-t-il d’écoles privées en dehors des centres urbains ? Je ne sais pas le chiffre exact (faudra que je vérifie), mais il y en a davantage que tu le crois sur les 170 quelques… Mais je vais m’entendre avec toi que le ratio (région/urbain) est moindre au privé qu’au public…

    Ton argument sur les municipalités québécoises et le manque d’assurance qui te donne « des frissons »… je note, mais je ne suis pas perturbé par cette opinion. Ça reste à négocier avec eux j’imagine. C’est une proposition de la CAQ qui reste à être peaufinée, certainement.

    « 5% d’enseignants incompétents », d’où ça vient? Sais pas. M’informe… J’entends souvent ce chiffre et c’est sûrement une affirmation approximative, mais je ne sais pas si M. Legault tenait ça d’une source «hors de tout doute raisonnable ou si c’était une impression, une estimation liée à son expérience dans le service public. Je veux bien argumenter sur ce que j’avance et je sais bien que je devrai m’habituer (j’imagine) sur tout ce qui viendra de quelqu’un qui parle au nom de la CAQ, mais bon… pour le moment, je vais peut-être préférer m’en tenir à ce que moi, j’écris 😉

    Merci de noter au passage mon « ouverture et [ma capacité] de questionnement ». Je transmettrai ton point de vue exprimé (certitudes et solutions simples) sur la CAQ à qui « de droit »… Venant d’un doctorant, je peux facilement comprendre.

    @Luc : «…les commissions scolaires, on peut abolir ça sans problème constitutionnel?» Sais pas, je ne suis pas un spécialiste de ce domaine, j’ai pris pour acquis que c’était possible, mais ça va me faire une autre chose à contre-vérifer puisque vous semez le doute.

    Merci pour vos commentaires/questions/critiques. J’avance avec ça !

  6. Photo du profil de DavidD'Arrisso
    DavidD'Arrisso 6 années Il y a

    Sur le caractère urbain de l’école privée au Québec, il me semble que cette carte de la FEEP laisse peu de doutes…
    http://www.annuairefeep.com/recherche_par_carte.cfm

  7. Photo du profil de Mario Asselin
    Mario Asselin 6 années Il y a

    La différence tient surtout au fait que certaines régions n’ont aucune école privée. Je ne suis pas encore convaincu que le ratio est si différent (sur 170 au privé vs ce qu’il est au public) et surtout, que cela aurait tant d’impact sur des dépenses significativement différentes en terme de services à rendre dans un réseau beaucoup plus « région ». Mais j’accepte d’y réfléchir…

    La principale différence que je vois réside dans le fait qu’il y a beaucoup plus d’écoles au primaire (par rapport au secondaire) au public qu’au privé.

  8. Photo du profil de ClementLaberge
    ClementLaberge 6 années Il y a

    Mario,
    Je t’avoue que la lecture de tout ça provoque chez moi déjà beaucoup de lassitude.
    Je respecte ton choix de militer avec la CAQ même si je ne le partage pas — tu le sais. Cela dit, j’estime tellement ta capacité à formuler des propositions et ton talent pour faire avancer des idées que j’ai envie de te sonner aimablement deux alarmes, très spontanément, ce soir:
    1. Je te sens à risque de tomber dans le piège de devoir justifier systématiquement les nombreuses approximations de « ton chef » (les guillemets sont de toi).

    Fais confiance à tes lecteurs: on peut bien comprendre le contexte et s’imaginer aisément que tu n’es pas forcément d’accord avec tout ce que dit François Legault — ce n’est d’ailleurs pas nécessaire.

    Ne fait pas de zèle de loyauté en voulant corriger tout ce qu’il peut dire qui exigerait des nuances — tu perdrais ton temps à le faire, et nous à te lire: le programme que la CAQ propose ne s’appuie pas tellement sur les nuances… alors restons sur le fond — ce sera plus constructif.

    Si tu as envie de compléter/préciser des interventions de François Legault, je t’invite plutôt à le faire avec l’objectif de faire ressortir les valeurs que la Coalition pour l’avenir du Québec nous propose — celles sur lesquelles s’appuie le projet de société pour lequel la Coalition nous invite à nous retrousser les manches. C’est là que je trouve personnellement les flous les plus dommageables.
    2. De façon complémentaire (ou peut-être n’est-ce qu’une précision), je trouve qu’à ce stade de l’aventure de la CAQ (qui n’est apparemment pas encore un parti politique) ton talent pour donner forme à des propositions devrait être encore davantage tourné vers les membres de la CAQ que vers ceux qui te lisent ici.

    Je souhaite personnellement que tu mettes moins de temps à m’expliquer les plans en éducation de François Legault (le temps pour ça viendra quand nous serons plus près d’une campagne électorale) et que tu conserves une plus grande partie de ton temps pour formuler des propositions et de projets concrets aux acteurs clés de la CAQ — afin que leur/votre discours principal prenne progressivement des allures un peu plus stimulantes et mobilisatrices qu’ils ne le sont actuellement.

    J’ose encore espérer qu’Il est possible pour la Coalition de proposer autre chose que d’oser « défaire ce qui ne fonctionne(rait) plus » — quoi d’autre? J’aimerais mieux entendre des idées qui me donneraient envie d’agir de façon solidaire pour bâtir quelque chose de mieux que ce que nous avons aujourd’hui.

    En toute amitié.
    Clément

  9. Photo du profil de LucPapineau
    LucPapineau 6 années Il y a

    «On a en grande partie identifié les enseignants qui sont à problème. À mon avis, il n’y en a pas plus de 5 %. »
    source: http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2011/09/20110924-232507.html

  10. Photo du profil de LucPapineau
    LucPapineau 6 années Il y a

    M. Laberge,
    Le problème que j’ai avec les projets et les propositions de la CAQ, c’est d’évaluer s’ils sont crédibles, réalistes et vraiment applicables.

    J’ai trop connu les belles idées de nos politiciens en matière d’éducation au cours des dernières années pour m’emballer et ne pas les questionner.

    Comme le montre mon dernier commentaire, Legault estime à 5% le nombre d’enseignants incompétents en se basant sur des impressions. Or, il y a beaucoup d’impressions dans les idées du CAQ.

  11. Photo du profil de LucPapineau
    LucPapineau 6 années Il y a

    Qui plus est, qui sera l’employeur direct des enseignants? L’école, la CS, la direction régionale?
    Avis de Mario A. : Les écoles, j’espère…
    À moins d’imposer des conventions, on va avoir un beau monstre de négociations, il me semble.
    Avis de Mario A. : Ne sort pas les épouvantails si rapidement Luc…
    On va donc imposer une évaluation aux profs, leur donner un ordre professionnel dont un nombre important semble ne pas vouloir et renégocier leur convention collective.
    Ensuite, pense-t-on vraiment que les congédiements des enseignants à la suite d’une mauvaise évaluation ne seront pas contestés?
    Avis de Mario A. : On n’enlèvera sûrement pas le droit de contester…
    Que les mauvaises évaluations ne seront pas contestées? J’ose à peine y penser.
    Avis de Mario A. : Je ne vois pas en quoi ça devrait nous décourager….
    Pourquoi ne pas encourager le perfectionnement au lieu de sanctionner?
    Avis de Mario A. : C’est exactement ce que je me dis et c’est, il me semble, la position de la CAQ.
    Pourquoi ne pas s’assurer de donner du temps pour le perfectionnement?
    Avis de Mario A. : C’est exactement ce que je me dis et c’est, il me semble, la position de la CAQ.
    Pourquoi ne pas s’assurer de la qualité des la formation des futurs profs et du perfectionnement qu’on reçoit?
    Avis de Mario A. : C’est exactement ce que je me dis et c’est, il me semble, la position de la CAQ.

  12. Marc st-pierre 6 années Il y a

    Mario,

    Deux ou trois choses.D’abord les revenus de la taxe. La CAQ parle-t-elle de transférer le pouvoir de taxation des CS aux villes? Faut voir ce que la taxe sert à financer:
    -Entretien et chauffage des bâtisses, principalement des coûts d’énergie et du salaire d’ouvriers et concierges. En passant, les ouvriers municipaux sont plus payés que ceux des CS…
    -Gestion des écoles, notamment le salaire des directions
    -Gestion des centres administratifs et salaires des cadres de service. Il va quand même en rester la moitié à payer quand la CAQ va se débarasser de 50% de ces bureaucrates.
    -66% des frais liés au transport scolaire.

    Alors, pas facile?

    Pour ce qui concerne les droits constitutionnels des anglos, il faut référer à l’article 23 de la Charte canadienne des droits. Il y a également eu une déclaration unanime de l’Assemblée nationale à l’effet de reconnaître aux anglos du Québec le droit de gérer leurs écoles. Cette déclaration était la condition exigée par Ottawa pour modifier la Constitution du Canada afin de permettre la création de CS linguistiques au Québec. Une déclaration unanime du parlement devrait valoir au moins autant qu’une bonne poignée de main….

    Tu sais ce qui me fait peur dans tout ça? C’est qu’on semble bien plus surfer sur la vague populaire que de s’appuyer sur une solide connaissance du réseau de l’éducation. Je veux bien que tu compares les services offerts par la FEEP à ceux qu’offrent les CS. Mais ça ne tient pas la route. C’est sans commune mesure. Je pense que tu sais bien, très bien même, que je sais de quoi je parle. J’ai été directeur au privé, dont deux ans dans une de ses écoles d’adaptation scolaire et j’ai été responsable des services éducatifs de la FEEP un peu plus que quatre ans. Ça fait dix ans que je suis DGA dans une CS. Je pense que je connais bien les deux bêtes de l’intérieur.

  13. Photo du profil de Mario Asselin
    Mario Asselin 6 années Il y a

    @Marc : Qui a dit que ce serait facile ?
    Je ne crois pas qu’il soit question de remettre en doute le principe de permettre aux «anglos du Québec de gérer leurs écoles». On souhaite des écoles autonomes… celle des anglos autant que celles des francos.

    C’est vrai qu’il y a une vague populaire. Elle existe auprès des directions d’écoles publiques, d’ailleurs. Je viens de passer une partie de l’après-midi avec certains d’entre eux et l’autonomie des écoles ça les intéresse drôlement. Ces gens ont aussi une «une solide connaissance du réseau de l’éducation». Je respecte ton expertise Marc, mais je rencontre d’autres cadres de C.S. qui pensent tout comme moi que l’école autonome c’est un modèle qui tient la route.

    Tu me fais penser à ces gens en 1998 qui me disaient que c’était impossible de fusionner les deux écoles que je dirigeais en une seule institution. Parce que chacun avait l’impression de travailler «comme des fous», il ne voyait pas comment on pouvait couper dans la bureaucratie sans toucher aux services. On y est arrivé… malgré que «ça ne tenait pas la route», supposément.

    Je sais que deux écoles qui fusionnent ce n’est pas à la même échelle que ce dont on parle.

    Dis moi… Hier sur Twitter, tu me demandais de me fier sur toi que les chiffres sur la diminution du décrochage étaient de l’ordre de 10%. Et si je te répondais ce soir, «fie toi sur moi» ? 😉

    Ni toi ni moi ne devons cesser de se remettre en question l’un et l’autre, j’imagine… Je ne te ferai pas le coup de te demander ce que tu penses de ça, en lien avec le paragraphe précédent.

    @Luc : Je te réponds à même tes questions…

  14. Photo du profil de MarcSt-Pierre
    MarcSt-Pierre 6 années Il y a

    Mario,
    Le « ça » réfère de façon explicite au programme FMS. Ce qui représente rès peu d’élèves, d’une part, et d’autre part, c’est un programme qui a ses difficultés ce qui fait somme toute que bcp d’élèves qui y sont inscrits abandonnent en cours de route. Donc, l’apport réel de ce programme en particulier à la diplomation est infime. Pôur ce qui concerne la FPT, on ne parle pas des mêmes élèves, mais pas du tout. Et ce programme répond mieux aux besoins que l,anvien programme d’ISPJ, c’est clair.

    Une de nos écoles a passé au feu la semaine dernière. Une école de 1000 élèves. Les cours reprennent jeudi, dans trois endroits différents, avec tout ce que tu ne peux même pas imaginer d’impacts et de réorganisation. Ce n’est vraiment pas le bon temps pour me parler de l’inutilités des CS. ; )

  15. Photo du profil de Mario Asselin
    Mario Asselin 6 années Il y a

    Marc, je peux facilement comprendre dans le contexte du feu dont tu parles la somme impressionnante de travail que cela représente.

    Au-delà de nos différences de point de vue, je reconnais avec toi que ce genre d’événement ne pourrait être géré aussi efficacement sans l’apport de votre C.S. Bravo à vous.

    Dans les circonstances, je ne te ferai pas l’injure d’essayer d’expliquer comment on pourrait «gérer une crise de ce genre» dans le modèle des écoles «devenues autonomes».
    On en reparlera une autre fois.

    Bravo pour l’énergie et les ressources que vous mettez en tant que c.s. dans le support à cette communauté éducative qui doit vivre des moments assez dérangeants merci.

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2017 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils