PISA 2012 : Une tendance à la baisse confirmée, mais le Québec n’a pas à paniquer !

Note : Une autre version de ce billet a été publié au Huffington Post Québec dans la section « blogue ».

Soixante cinq pays ont reçu leur bulletin PISA-OCDE la semaine dernière.

Les réactions sont très différentes d’un pays à l’autre et c’est très intéressant de lire les conclusions tirées dans certains pays francophones. Sur sa page Facebook, Sébastien Reinders les caractérisent de la manière suivante :

– Belgique Francophone (26e environ) – dans la moyenne
=> Réaction : « Nous sommes dans la moyenne, c’est bien ! »

– France (25e) – dans la moyenne
=> Réaction : « C’est une catastrophe, nous devons faire mieux ! »

– Canada / Québec (10e …)
=> Réaction : « Nous allons voir comment encore mieux faire ! »

J’aime beaucoup cette idée de vouloir faire mieux…

S’il faut, semble-t-il, mettre un bémol sur la question de la Chine, certaines communautés prennent toujours le haut des classements PISA comme les pays asiatiques (Singapour, Corée, Japon, etc.), la Finlande (dont j’ai déjà parlé ici) et les Pays-Bas; il faut souligner que l’Allemagne a très bien fait cette année, en particulier.

À travers le monde, plusieurs commentateurs se servent de l’enquête PISA pour critiquer les façons de faire chez-eux puisque ce programme pour le suivi des acquis des élèves constitue une vaste enquête internationale qui évalue dans beaucoup de pays les compétences des jeunes de 15 ans, aux trois ans, dans les domaines de la lecture, des mathématiques et des sciences.

En Belgique, la Fédération Wallonie-Bruxelles est plutôt satisfaite des résultats. En France, les lunettes roses ne sont pas de mise, même si on s’attendait à des résultats démontrant plusieurs inégalités (dossier complet au Café pédagogique).

On pourrait dire des tests PISA qu’ils « classent les systèmes scolaires ». En France, on semble porter beaucoup d’attention aux résultats, ce qui occasionne plusieurs remises en question, mais au Québec, la revue de presse est pas mal moins ambitieuse. Le Devoir et Le Soleil ont traité de l’enquête et Alain Dubuc de La Presse a parlé de sa fierté des résultats obtenus par le Québec. Si chaque province du Canada était un pays, le Québec, sur l’échelle mondiale, serait septième en mathématiques (536 points), neuvième en lecture (520 points) et treizième en sciences (516 points) (source : page 4 de ce document).

Le professeur masqué, en se servant de ce document portant sur les résultats au Canada, est un peu plus préoccupé que le chroniqueur de La Presse puisqu’il a observé une tendance à la baisse dans « la performance » québécoise, au fil du temps, depuis 2003 :

=> Maths: 536 points en 2003, 540 points en 2006, 543 points en 2009 et 536 points en 2012. (p. 77)
=> Lecture: 536 en 2000, 525 points en 2003, 522 points en 2006, 522 points en 2009 et 520 points en 2012. (p. 91)
=> Science: 531 en science 2006, 524 points en 2009 et 516 points en 2012. (p. 91)

De mon côté, même si j’accorde beaucoup d’importance aux tests PISA, je m’intéresse davantage à ce que ces tests ne mesurent pas : le décrochage scolaire.

Il faut dire que PISA est administré dans les classes de 4e secondaire au Québec et que déjà à ce moment, plusieurs élèves (des garçons en particulier) ont quitté le système scolaire régulier.

En plus de certains billets déjà écrits ici sur le sujet qui « vieillisent assez bien » (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8), j’ajoute aujourd’hui quelques références sur les enjeux en éducation pouvant servir de repères pour améliorer à la fois nos résultats au Québec et la persévérance scolaire :

  1. Sur la variable « enseignant » : augmenter la professionnalisation, créer un Ordre professionnel, regarder du côté de leur évaluation pour qu’ils demeurent de bons profs, les accompagner pour qu’ils utilisent mieux le numérique, les ressources collaboratives, les réseaux ou les manuels numériques.
  2. Sur la variable « utilisation des TIC et des réseaux » : profiter des résultats de recherche qui en démontrent leurs utilités, en plus des tablettes, des téléphones multi-fonctions, de la publication Web des élèves, sur les blogues ou par l’entremise de Twitter, pour anticiper l’école de demain.
  3. Sur la variable « administration scolaire » : agir pour diminuer la bureaucratie, mettre sur pied des écoles publiques autonomes, diminuer le taux de roulement du personnel dans les écoles, augmenter le sentiment d’appartenance à son milieu, intervenir dès la petite enfance et surtout, insister sur le dépistage précoce.

N.B. Mon billet sur les résultats PISA de 2010.

Mise à jour du 12 décembre 2013 : Claude Lessard raconte dans une entrevue de Rima Elkouri que « Ce que PISA montre aussi – et là, il y a un objet de fierté pour le Québec et pour le Canada –, c’est que notre système scolaire est relativement plus équitable que d’autres systèmes. Il est moins inégalitaire ». Contraste avec ce que me racontait Marc St-Pierre (via Twitter) à l’effet que « le Québec partage avec l’Alberta la palme canadienne de l’inéquité !». Autre feedback, celui-là en provenance des États-Unis, chez Jenny Perlman Robinson and Jenny Alexander.

Mise à jour du 13 décembre 2013 : Lettre ouverte d’un enseignant en sciences de 4e secondaire depuis 20 ans, à la CSDM, « La dégringolade en sciences ».

Mise à jour du 15 décembre 2013 : Très bon dossier sur les compétences nécessaire au 21e siècle qui complète bien ce billet.

Mise à jour du 7 mai 2014 : Un article très critique de l’approche PISA, OECD and Pisa tests are damaging education worldwide – academics.

Tags:
2 Commentaires
  1. […] vrai problème, le décrochage scolaire Si les tests PISA sont intéressants (évaluation des connaissances et des compétences d’élèves de 15 ans), il faut davantage […]

  2. […] 2012 changera au niveau du ministère de l’Éducation» de la Finlande? J’avais moi aussi tenté d’analyser pour le Québec l’effet de ces mêmes […]

Laisser une réponse

Contactez-moi

Je tenterai de vous répondre le plus rapidement possible...

En cours d’envoi

Si les propos, opinions et prises de position de ce site peuvent coïncider avec ce que privilégie le parti pour lequel je milite, je certifie en être le seul éditeur. - ©2018 Thème KLEO

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Aller à la barre d’outils